Hauts-de-France

Santé des personnes âgées : prévention, formation, sensibilisation

Article
Visuel
Personnes âgées EHPAD
Avec l’âge, les maladies s’accumulent, c’est la poly-pathologie. Le patient âgé peut souffrir de plusieurs maladies associées de façon aléatoire, mais aussi de pathologies intriquées, ayant des répercussions sur tous les organes et une complexité de prise en charge. Elles engendrent également une poly-médication avec des risques iatrogènes.
Corps de texte

Les syndromes gériatriques accompagnent les pathologies et compliquent leur prise en charge. Ils résultent de facteurs multiples, augmentent avec l’âge. Ils ont pour conséquences fréquentes un risque de perte d’indépendance fonctionnelle et/ou d’entrée en institution. Leur prise en charge est multifactorielle et requiert une approche globale du patient. Parmi les syndromes les plus fréquents sont les troubles cognitifs, syndrome dépressif, dénutrition et chute. L'âge est aussi un facteur d'accélération d'inégalités sociales et de santé qui entraîne un risque accru de perte d'autonomie.

Les personnes âgées constituent une patientèle particulière des services d’urgences, en raison de leurs fragilités. Le temps d’attente aux urgences peut avoir des conséquences délétères sur l’état physique et cognitif des personnes, dans un contexte de crise et d’engorgement des services d’urgences.

En 2016, le nombre de passages aux urgences s’élève à 2 247 651 passages pour la région des Hauts-de-France, avec une augmentation de 2,4% par rapport à l’année précédente1 . Parmi ces passages, le nombre de personnes âgées de plus de 75 ans est de 198 625, avec une augmentation de 1,7%. En parallèle, les hospitalisations non appropriées de personnes âgées sont en constante progression.

Forte de ce constat, l’ARS Hauts-de-France est à l’initiative du projet ASSURE qui consiste en la conceptualisation et la mise en place d’une démarche de sensibilisation de tous les EHPAD de la région Hauts-de-France au recours au SAMU / centre 15, accompagnée d’outils pédagogiques innovants. Ce projet fait directement écho aux propos d’Emmanuel Macron qui, au cours de son interview du 15 avril 2018 a rappelé « le mal-être profondément légitime de l’hôpital », la « réalité insoutenable des services d’urgences » ainsi que le recours inapproprié à ces services.

Par ailleurs, la feuille de route présentée en mai dernier par Madame la Ministre des Solidarités et de la Santé pour l’amélioration de la qualité de l’accompagnement des personnes âgées propose de nombreuses mesures financées et destinées aux EHPAD et met notamment en avant la problématique des urgences évitables. Ainsi, l’amélioration de l’articulation des services d’urgences et des EHPAD apparaît comme une priorité du gouvernement.

La vieillesse n’est pas synonyme de perte d’autonomie. La priorité doit être donnée à la prévention pour permettre à la population de vieillir sans incapacité et en réduisant la prévalence des maladies chroniques. La prévention tout au long de la vie est un des axes majeurs de la Stratégie nationale de santé. Les personnes âgées à domicile et leurs aidants doivent avoir accès à une offre de prévention de la perte d’autonomie à proximité de leur lieu de vie. La prévention de la perte d’autonomie concerne aussi les EHPAD. Pour réduire la perte d’autonomie et améliorer le bien-être des personnes âgées, des actions de prévention pertinentes doivent être développées pour les résidents. (feuille de route du grand âge 2018).

Pour faire face au vieillissement de la population et à l’augmentation des pathologies chroniques, l’ensemble des professionnels travaillant auprès des personnes âgées, à domicile comme en établissement, jouent un rôle majeur  pour l’évolution du système de santé. Leur engagement, leur professionnalisme doivent être soutenus et valorisés, notamment au travers de formations adaptées et continues. (feuille de route du grand âge 2018)

Chez les « personnes âgées » (65 ans et plus), l’incidence et la prévalence des chutes sont toujours élevées ; leurs conséquences sur la santé et le devenir des personnes sont importantes en termes de morbidité et de mortalité. L’OMS estime que 424 000 décès par chutes accidentelles ont lieu chaque année dans le monde, sur un total de 37 millions de chutes nécessitant des soins médicaux, tous âges confondus 5. Les chutes constituent ainsi la deuxième cause de décès par traumatisme involontaire, après les décès dus aux accidents de la circulation routière. Dans la majorité des cas, les décès concernent des personnes âgées. Environ 28 à 35% des personnes âgées de 65 ans et plus chutent chaque année, et cette proportion s’élève à 32-42% chez les 70 ans et plus. Le risque de chute augmente avec l’âge et avec la fragilité. Chez les 60 ans et plus, les taux de recours aux urgences pour chute varient, selon les pays, de 5 à 9 pour 10 000 personnes, et les taux d’hospitalisation de 1,6 à 3 pour 10 000. Chez les 65 ans et plus, plus de la moitié des hospitalisations pour traumatisme est due à une chute.

L’ostéoporose est une maladie diffuse du squelette caractérisée par la diminution de la résistance osseuse entraînant un risque de fracture. L’ostéoporose est un enjeu de santé publique en raison des conséquences graves de certaines fractures dont elle augmente le risque et la fréquence. L’enjeu est d’autant plus important dans les pays dans lesquels l’espérance de vie augmente car l’âge augmente significativement le risque de fracture. Les fractures ostéoporotiques ou fractures de fragilité surviennent à la suite d’un traumatisme de faible énergie équivalent au plus à une chute de sa propre hauteur en marchant. La chute de sa hauteur est la première cause de traumatisme conduisant à une fracture de fragilité non vertébrale, dont une fracture de l’extrémité supérieure du fémur (ESF) chez des sujets âgés de plus de 65 ans.

Aller plus loin

Plus d’informations sur la santé des personnes âgées

Un espace de documentation sur la santé des personnes âgées dans les Hauts-de-France est disponible.

Pour y accéder, cliquez-ici.
Login : EXTERNES\sarshdf
Mot de passe : 3Ab43bH4

Contact

Contenu

Chargée de mission vieillissement 
Dr Marguerite-Marie Defebvre
Agence régionale de santé
Direction de la stratégie et des territoires
Marguerite-marie.defebvre@ars.sante.fr

Chargée de mission planification médico-sociale
Brigitte Caron
Agence régionale de santé
Direction de l’offre médico-sociale
brigitte.caron@ars.sante.fr