Hauts-de-France

Psychogériatrie

Article
Visuel
Psychogériatrie
L’OMS dans le plan pour la santé mentale 2013-2020 incite les pays à engager un effort particulier sur les troubles psycho-gériatriques étant donné le vieillissement mondial de la population.
Corps de texte

Environ 15% des adultes âgés de 60 ans et plus de par le monde souffrent d’un trouble mental et la dépression unipolaire touche 7% d’entre eux. Il est important, dit l’OMS, de préparer les personnels de santé comme les sociétés à répondre aux besoins particuliers des populations âgées.

La région des Hauts de France est fortement impactée par les pathologies mentales et les troubles cognitifs. Ces pathologies, intriquées avec d’autres pathologies chroniques et les syndromes gériatriques, chez les personnes âgées créent des situations souvent complexes qui génèrent des besoins à la frontière entre différentes disciplines et différents dispositifs. Elles sont souvent source de fracture dans les parcours des usagers et nécessitent des réponses de proximité.

D’un point de vue organisationnel les professionnels de la région des Hauts de France ont déterminé que la psychogériatrie concerne des personnes en souffrance psychique présentant des syndromes gériatriques (et notamment troubles cognitifs et psycho-comportementaux avec des critères de fragilité), dans un environnement particulier (problématique d’aidant, isolement, de mise en danger) et pouvant aboutir à des situations complexes.  Même si majoritairement les personnes concernées auront 75 ans et plus, ces situations peuvent démarrer à des âges inférieurs et pour des raisons de prévention (primaire ou secondaire) la population âgée de 65 ans et plus a été retenue.

La psychiatrie adulte continue à accompagner seule les personnes âgées au-delà de 65 ans sans syndrome gériatrique associé.

La psychiatrie de la personne âgée est aujourd’hui le terme utilisé pour définir l’une des options du DES de psychiatrie.

Si le taux de décès par suicide en France métropolitaine en 2011 est de 16,2 pour 100 000 habitants en moyenne, d’importants écarts régionaux sont observés : les régions de l’Ouest et du Nord sont très nettement au-dessus de la moyenne nationale.

Le taux de suicide chez les personnes âgées reste élevé : 28 % des suicides ont concerné des personnes âgées de plus de 65 ans.

Le taux de mortalité par suicide augmente avec l’âge. Pour 100 000 habitants, l’incidence du suicide est de :

  • 20.6 chez les 65-74 ans,
  • 29,6 pour les 75-84 ans,
  • 40,3 pour les 85-94 ans.

Le programme national d’actions contre le suicide 2011-2014 veut mettre en place une approche globale de la question du suicide : de la prévention à la prise en charge des suicidants et à la postvention, qui comprend toutes les actions de prise en charge de l’entourage de la personne décédée par suicide. Certaines populations plus vulnérables au risque suicidaire ont fait l’objet d’une attention particulière dans le plan national : les personnes âgées, les jeunes homosexuels, les personnes placées sous main de justice les personnes souffrant d’addictions et les proches de victimes de suicides.

La région a mis en place dès 2013 un programme de prévention (voir en bas de page) du risque suicidaire en EHPAD qui a été évalué par la F2RSM.

Aller plus loin

Plus d’informations sur la santé des personnes âgées

Un espace de documentation sur la santé des personnes âgées dans les Hauts-de-France est disponible.

Pour y accéder, cliquez-ici.
Login : EXTERNES\sarshdf
Mot de passe : 3Ab43bH4

Contact

Contenu

Chargée de mission vieillissement 
Dr Marguerite-Marie Defebvre
Agence régionale de santé
Direction de la stratégie et des territoires
Marguerite-marie.defebvre@ars.sante.fr

Chargée de mission planification offre de soins
Marie-Alexandra Divandary
Agence régionale de santé
Direction de l’offre de soins
marie-alexandra.divandary@ars.sante.fr

Chargée de mission planification médico-sociale
Brigitte Caron
Agence régionale de santé
Direction de l’offre médico-sociale
brigitte.caron@ars.sante.fr