Hauts-de-France

La politique de lutte contre le surpoids et l'obésité

Article
Visuel
Activité physique et nutrition
« Manger bien c’est manger de tout, mais en quantité adaptée. Bouger plus, c’est adopter un mode de vie actif en augmentant son activité physique et en réduisant son temps de sédentarité. »
Une alimentation diversifiée et équilibrée ainsi qu’une activité physique régulière permettent de se protéger contre certaines maladies telles que le diabète, les maladies cardiovasculaires et l’obésité.
Corps de texte

Dans les Hauts de France, plus de 20% de la population souffre d’obésité et la même proportion serait en surpoids.
Ces chiffres montrent l’importance de poursuivre les efforts qui sont faits dans la sensibilisation, la prévention, le repérage et la prise en charge dans notre région.
 

La prise en charge du surpoids et de l’obésité suit un parcours dit de soins. Il se décompose en plusieurs niveaux de recours :

  • 1er niveau de recours : le médecin traitant

Le premier niveau de recours repose sur les soins ambulatoires directement accessibles aux patients tels que le médecin traitant.
Le médecin traitant réalise un repérage du surpoids ou de l’obésité de son patient. Il évalue sa motivation et son implication, ses habitudes et apports alimentaires en lien avec la possible présence d’un trouble du comportement alimentaire, sa relation avec l’activité physique. Il mesure notamment son Indice Masse Corporelle (IMC) ou encore son tour de taille. Le médecin traitant se doit de suivre les recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS).

  • 2ème niveau de recours : les soins ambulatoires spécialisés et les établissements de santé

Les soins ambulatoires spécialisés tels que les spécialistes de la nutrition, les endocrinologues, les internistes, les chirurgiens libéraux sont en charge du second niveau de recours. Ce 2ème niveau repose également sur les établissements de santé qui assurent une prise en charge médicale et/ou chirurgicale (cf : chirurgie bariatrique ci-dessous)

  • 3ème niveau de recours : les Centres Spécialisés de l'Obésité

Pour les cas les plus complexes, les Centres Spécialisés de l’Obésité (CSO) entrent en action. Ce sont des établissements de santé désignés par le Ministère de la Santé selon un cahier des charges précis. Ils ont deux missions principales :

  1. La prise en charge pluridisciplinaire de l’obésité sévère
  2. L’organisation de la filière de soins dans les régions en animant et en coordonnant le territoire.

Il existe 37 CSO en France et les Hauts-de-France en disposent de 5 situés à Amiens, Arras, Boulogne sur Mer, Valenciennes et Lille.
Le CHRU de Lille a quant à lui été désigné comme l’un des 5 centres intégrés de France c’est-à-dire qu’il a la capacité d’effectuer des diagnostics et traitements très spécialisés et est engagé dans la recherche, la formation, l’enseignement et l’innovation.

En cas d’obésité sévère ou compliquée, une chirurgie bariatrique peut être envisagée. Elle permet un amaigrissement durable au prix d’un risque maitrisé évalué avec le patient. Cette typologie de chirurgie s’est fortement développée en France et dans la région.

Il existe trois types de chirurgies bariatriques :

  • Le sleeve gastrectomie est la chirurgie la plus pratiquée. Elle consiste à enlever une grande partie de l’estomac pour former un tube étroit calibré à l’aide d’une sonde durant l’intervention.
  • L’anneau gastrique, placé autour de l’estomac, permet au patient d’être rassasié avec de faibles quantités de nourriture.
  • Le bypass gastrique consiste à réduire le volume de l'estomac et à modifier le circuit alimentaire.

Un chantier dédié  à l’obésité a été réalisé, en concertation avec des professionnels, dans le cadre de l’élaboration du PRS. Plusieurs objectifs ont été définis :

  • Continuer le repérage précoce de l’obésité et ses complications tout en renforçant l’accompagnement en soins de ville. Il est important de pouvoir repérer le plus tôt possible la situation d’obésité afin de pouvoir orienter le patient vers le niveau de recours adéquat.
  • Poursuivre l’organisation des filières territoriales de prise en charge de patients atteints d’obésité en identifiant les CSO comme chefs de file et en prenant en compte les particularités socio-économiques de la population.
  • Renforcer la structuration du parcours d’aval en développant des outils de coordination entre les acteurs du premier recours et les acteurs hospitaliers.
  • Garantir la qualité du parcours de soins des patients en pré et post chirurgie de l’obésité.

Ce plan d’actions est en cours de réalisation et sera déployé sur les cinq prochaines années.

logo PRS petit