Hauts-de-France

Cancers : dépistage organisé

Article
Visuel
Avec 15.150 décès en moyenne par an, la région Hauts-de-France est la région la plus touchée par le cancer.
Corps de texte

Détecter tôt pour mieux soigner

Pour beaucoup de cancers, plus le diagnostic est fait tôt, moins les traitements sont lourds et meilleures sont les chances de guérison. L’intérêt du diagnostic précoce est ainsi de mieux soigner, mais aussi de limiter les séquelles liées à certains traitements.

Les deux moyens d’agir pour permettre un diagnostic précoce sont :

  • le dépistage, lorsqu’il existe, c’est-à-dire la réalisation d’examens de détection ou de surveillance alors qu’on se sent en bonne santé ;
  • la détection précoce, c’est-à-dire l’identification de signes d’alerte dès leur apparition.

L’objectif du dépistage est de pouvoir diagnostiquer un cancer à un stade précoce, même s’il ne produit pas encore de symptômes, pour favoriser les chances de guérison. Ainsi, pour le dépistage du cancer du sein, la mammographie permet de découvrir des anomalies qui ne sont encore ni visibles, ni palpables. Dans certains cas, le dépistage peut permettre de détecter une lésion dite « précancéreuse » et d’agir préventivement pour éviter son évolution vers un cancer.

Les cancers qui se dépistent

Proposer un dépistage organisé suppose qu’un certain nombre de critères soient rassemblés. Ces critères concernent :

  • la maladie elle-même : il faut qu’elle soit fréquente et entraîne une mortalité importante, mais aussi qu’elle soit détectable à un stade auquel elle peut être soignée ;
  • la performance des tests de dépistage ;
  • l’existence de traitements efficaces pour ce type de cancer.
Le dépistage du cancer colorectal
Le dépistage du cancer du sein
Le dépistage du cancer du col de l’utérus

Où se faire dépister ?

Les dépistages du cancer du sein, colorectal et du col de l’utérus sont organisés par le Centre Régional de Coordination des Dépistages des Cancers (CRCDC) des Hauts de France dans ses cinq antennes territoriales à Amiens, Calais, Compiègne, Laon,Lille pour favoriser un accès et des actions de proximité. Leurs missions :

  • ​​L’envoi de courriers d’invitation à participer aux dépistages des cancers auprès des populations éligibles
  • L’information, la communication et la sensibilisation des populations et des acteurs aux programmes de dépistages.
  • Le recueil et l’enregistrement des résultats des examens réalisés
  • La coordination des professionnels de santé afin d’assurer le suivi des personnes dépistées,
  • La sensibilisation et la formation des professionnels de santé.

L’ARS et l’Assurance maladie Hauts-de-France veillent au bon déroulement des dépistages organisés, à travers le financement, le soutien et l’accompagnement du Centre. 

Notre objectif : réduire les inégalités sociales et territoriales d’accès aux dépistages des cancers

Cinq cancers prioritaires peuvent être identifiés pour les Hauts-de-France dans la mise en oeuvre du PRS : le cancer du sein, du colorectal, du poumon, de la prostate et des voies aérodigestives supérieures. Le cancer du col de l’utérus doit également faire l'objet d'une attention particulière en raison de la mise en place du programme de dépistage organisé.

Cet objectif se décline en 5 leviers :

  1. Réduire les inégalités d'accès aux dépistages des cancers
  2. Structurer le parcours de soins des patients atteints de cancer
  3.  Faciliter l'accès aux progrès et aux innovations thérapeutiques en cancérologie
  4. Améliorer la qualité de vie des malades
  5. optimiser le pilotage et les organisations régionales

En savoir plus à travers notre Projet régional de sante Hauts-de-France 2018-2028 (objectif 8)