Mars bleu : prévenir le cancer colorectal

Actualité

Mars bleu est la campagne de prévention du cancer colorectal, lancée tous les ans par le Ministère des solidarités et de la santé et l’INCA. En France, avec plus de 43 000 nouveaux cas chaque année et plus de 17 000 décès, le cancer colorectal fait partie des cancers les plus fréquents et représente la 2ème cause de décès par cancer. Mais détecté tôt, il se guérit dans 9 cas sur 10.

Le cancer colorectal évolue souvent, dans un premier temps, sans symptôme ni signe perceptible. De ce fait, il est parfois diagnostiqué tardivement et nécessite alors des traitements lourds. Se faire dépister régulièrement permet d’identifier ce cancer à un stade précoce de son développement, voire de détecter et de traiter des polypes avant qu'ils n'évoluent vers un cancer.

Lorsqu'un cancer colorectal est détecté à un stade précoce, la survie à 5 ans dépasse 90 % et les traitements utilisés sont moins lourds, permettant une meilleure qualité de vie.

 

Près de 95 % des cancers colorectaux sont diagnostiqués après 50 ans, chez les hommes comme chez les femmes. C'est pourquoi le programme national de dépistage organisé du cancer colorectal s'adresse à toutes les personnes âgées de 50 à 74 ans et qui ne présentent ni symptôme, ni facteur de risque particulier.

Ce dépistage consiste à réaliser, tous les deux ans, un test de recherche de sang caché dans les selles, appelé test immunologique, pris en charge à 100% par l’assurance maladie.

Si vous avez entre 50 à 74 ans, suivez les étapes suivantes :

1. Après avoir reçu l’invitation du Centre régional de coordination du dépistage des cancers, rendez-vous chez votre médecin traitant, afin d’obtenir le test de dépistage. Le médecin évalue votre niveau de risque d’être atteint d’un cancer colorectal. Si vous ne présentez pas de risque particulier, il vous remet le test. Le cas échéant, il vous oriente vers les modalités de dépistage et de suivi adaptées.

OU Commandez le test sur le site https://monkit.depistage-colorectal.fr/. Pour y accéder, utilisez le numéro qui figure sur le courrier d’invitation.  Vos réponses au questionnaire détermineront si ce test est approprié en fonction  de votre histoire personnelle et familiale. Si c’est le cas, le test vous sera envoyé.

2. Réalisez le test, chez vous. Il est rapide, efficace et indolore. Il permet de prélever de manière très hygiénique un échantillon de vos selles. Retrouvez le mode d’emploi en vidéo, ci-dessous.

3. Renvoyez le test gratuitement, à l’aide de l’enveloppe fournie, postée au plus tard 24 heures après la réalisation du test.

4. Vous recevrez le résultat chez vous, environ 15 jours après ou vous pouvez le consulter sur Internet, en vous inscrivant sur www.resultat-depistage.fr.

Si votre résultat à ce test est positif (environ 4 % des cas), cela ne signifie pas que vous avez un cancer mais que du sang a été détecté dans vos selles. Vous serez alors invité à passer une coloscopie: elle permettra de détecter d'éventuelles lésions du côlon ou du rectum et, si c'est le cas, de les traiter.

Kit dépistage étape 1
Kit dépistage étape 2
kit dépistage étape 3
kit dépistage étape 4
kit dépistage étape 5
kit dépistage étape 6
Kit dépistage étape 1
Kit dépistage étape 2
kit dépistage étape 3
kit dépistage étape 4
kit dépistage étape 5
kit dépistage étape 6

Le risque d'être atteint d'un cancer colorectal n'est pas le même pour chacun d'entre nous. C'est pourquoi il est important d'en parler avec votre médecin traitant, à tout âge, notamment si vous avez des antécédents personnels ou familiaux.

En fonction de ces antécédents et de vos habitudes de vie (tabac, alimentation, alcool, activité physique, exposition, etc.), le médecin évaluera votre niveau de risque de développer un cancer colorectal et vous orientera vers les modalités de dépistage ou de surveillance les mieux adaptées à votre situation, par exemple en vous adressant à d'autres professionnels de santé (gastroentérologue ou spécialiste en oncogénétique).

De même, si vous avez des symptômes, comme la présence de sang dans les selles, des douleurs abdominales ou des troubles du transit (diarrhée, constipation, alternance des deux) persistants ou un amaigrissement inexpliqué, contactez votre médecin. Il ne s'agit pas forcément d'un cancer mais il pourra vous prescrire des examens pour déterminer la cause de ces troubles et vous proposer une prise en charge adaptée.

Le cancer colorectal peut être dû à des facteurs de risques comportementaux, comme la consommation d’alcool, de tabac ou l’obésité. Une partie importante des cancers pourrait donc être évitée par des changements de comportements, comme arrêter de fumer, réduire votre consommation d'alcool, pratiquer régulièrement une activité physique et surveiller votre poids.