Coronavirus (Covid-19) : informations aux professionnels de santé

Article
Visuel
Informations pratiques et recommandations liées au Coronavirus (Covid-19) pour
- l'ambulatoire et la médecine de ville,
- les professionnels en établissements de santé,
- les professionnels du médico-social

Cette page est mise à jour régulièrement.
Corps de texte

Secteur sanitaire

Pour faire face au COVID-19, le Ministère des solidarités et de la santé met à disposition des professionnels de santé et du médico-social un ensemble d’informations, recommandations, conduites à tenir. Vous pouvez vous abonner au Service d’information DGS-Urgent pour vous tenir au courant des dernières mises à jour.

COVID-19 : informations aux professionnels de santé 

Face à l’urgence de la situation liée à l’épidémie de Covid-19, l’Agence Régionale de Santé Hauts-de-France et la start-up en santé medGO lancent dans la région www.renfort-covid.fr, une plateforme digitale qui permet à des étudiants, professionnels de santé et retraités volontaires de venir massivement et rapidement en renfort des établissements de santé et médico-sociaux.

Un appel large à la mobilisation

La lutte contre le COVID-19 mobilise dans la région l’ensemble des secteurs sanitaire, ambulatoire et médico-social. Les prochains jours et les prochaines semaines seront déterminants dans la lutte contre l’épidémie, les établissements et professionnels devant faire face à une augmentation importante du nombre de cas ou des besoins de prise en charge.

Dans ce contexte, des professionnels de santé - étudiants, en activité ou retraités – ont déjà répondu aux appels au renfort adressés par les établissements de santé. L’ARS Hauts-de-France renforce cet appel à la mobilisation et déploie en région l’opération #RenfortsCovid, mise en place initialement par l’ARS Île-de-France.

Dès aujourd’hui, toute personne travaillant ou ayant travaillé dans le domaine de la santé peut s’inscrire à l’application mobile medGO (via la plateforme www.renfort-covid.fr) pour venir en soutien des équipes en première ligne.

Grâce à cette application, les établissements de santé et médico-sociaux pourront exprimer leurs besoins et avoir accès aux profils des volontaires inscrits, pour les mobiliser en renfort.

Un principe de « matching »

Concrètement, la plateforme met en relation des personnes volontaires et des établissements via la collecte d’informations, selon un principe de « matching » bien connu des plateformes numériques :

  • Chaque établissement de santé ou médico-social doit créer un compte et préciser ses besoins urgents en professionnels.
  • Les personnes volontaires peuvent enregistrer leurs compétences, leurs disponibilités et leur zone géographique d’intervention, pour proposer leurs services aux établissements.
  • Les personnes qui se sont déclarées mobilisables sont ensuite notifiées par les établissements de leur territoire qui ont exprimé des besoins de renforts.

Qui peut se porter volontaire ?

Certains métiers ou personnes travaillant dans le domaine de la santé sont particulièrement recherchés :

  • Médecin (Urgences, Médecine générale, Téléconsultation, Anesthésie, Réanimation, Soins palliatifs, Gériatrie, infirmier anesthésiste, de bloc opératoire )
  • Infirmier (Généraliste hors gériatrie, Gériatrie, Réanimation / Soins intensifs, Soins palliatifs, Urgences)
  • Aide-soignant (Généraliste - hors gériatrie, Gériatrie, Réanimation / Soins intensifs, Soins palliatifs, Urgences)
  • Assistant de régulation médicale
  • Brancardier
  • Conducteur ambulancier
  • Agent/Employé des services hospitaliers
  • Manipulateur Radio
  • Pharmacien
  • Préparateur en pharmacie
  • Chirurgien
  • Psychologue

Accédez au site

Modalités de participation

Cette application a pour objet de mettre en relation des volontaires et des structures sanitaires (établissements de santé ou centres ambulatoires) et médico-sociales ayant un besoin de renforts

Sans préjudice des dispositifs de réquisition et de recours à la réserve sanitaire mis en œuvre par les services de l’État compétents (Préfecture – ARS), les modalités de renfort sont définies directement entre les volontaires et les structures demandeuses, dans le respect du droit commun :

  • Pour les agents de la fonction publique (hospitalière, territoriale ou étatique) ainsi que des agents salariés du secteur privé : le renfort s’organise dans le cadre d’une convention de mise à disposition rédigée, sur accord du volontaire, entre l’établissement employeur et l’établissement d’accueil ;
  • Pour les agents de contrôle et de prévention de l’assurance maladie : le renfort fait l’objet d’une réquisition. Dans ce cas de figure, dès lors que l’agent entre en contact avec une structure demandeuse, il convient d’en informer son employeur qui réalisera, avec l’aide de l’ARS et de la préfecture, une réquisition ;
  • Pour les professionnels libéraux : le renfort est organisé dans le cadre d’une contractualisation entre le professionnel de santé et la structure bénéficiaire  ;
  • Pour les retraités : le renfort fait l’objet d’un contrat à durée déterminée (entrant dans le dispositif « cumul emploi/ retraite ») ;
  • Pour les étudiants : en dehors des heures consacrées à votre stage et notamment sur des plages horaires permettant d’assurer la continuité des soins , le renfort fait l’objet d’un contrat à durée déterminée ;

Etudiant et volontaire : mode d’emploi

Vous êtes étudiant et souhaitez apporter votre soutien en renfort des  établissements de santé et médico-sociaux ? Le dispositif #RenfortsCovid est également fait pour vous ! Si ce dispositif n’a pas pour objectif de gérer vos affectations en stage, il vous donne en effet la possibilité de réaliser des vacations au sein d’établissements de santé ou de structures médico-sociales.

Par ailleurs, lorsque vous téléchargez l’application, vous serez invités à renseigner votre métier et votre spécialité :

  • Pour les étudiants en soins infirmiers à partir de la deuxième année  , nous vous invitons à vous inscrire en tant qu'aide-soignant.
  • Pour les étudiants en médecine qui ont  validé la 2ème année du 1er cycle des études médicales  (année 2) vous pouvez vous inscrire en tant qu'aide-soignant. Pour ceux qui ont validé la deuxième année du deuxième cycle( année 4) , vous pouvez vous inscrire en tant qu’infirmier. 

Face à la situation sanitaire inédite, Xavier Bertrand, président de Région, et Étienne Champion, directeur général de l’ARS, ont décidé de mettre en place un dispositif spécifique pour faciliter la mobilisation des étudiants infirmiers et élèves aides-soignants, en accord avec Muriel Pénicaud, Ministre du Travail.

Cela se traduit concrètement par l’accompagnement des étudiants avec la plateforme renfort-covid.fr mise en place par l’ARS. La Région a également décidé de financer la revalorisation des indemnités des étudiants infirmiers et des élèves aides-soignants.

Une plateforme pour mobiliser les élèves soignants
Face à l’urgence de la situation liée à l’épidémie du virus Covid-19, l’ARS a lancé la plateforme www.renfort-covid.fr. Elle permet aux étudiants volontaires de venir en renfort des établissements de santé et médico-sociaux, et de réaliser des vacations au sein d’établissements de santé ou de structures médico-sociales.

Des étudiants infirmiers et élèves aides-soignants en formation dans la région apportent ainsi leur concours aux professionnels de santé des établissements et participent au soutien des patients. De nombreux étudiants infirmiers et élèves aides-soignants en formation au sein de la région sont déjà mobilisés à cet effet dans la région.

Des indemnités de 1 000 et de 1 400€ par mois pour les stagiaires
Afin de faciliter et reconnaître leur mobilisation, la Région, en accord avec l’ARS Hauts-de-France, a décidé de valoriser cette mobilisation exceptionnelle en indemnisant les stagiaires. Durant cette période de crise, les étudiants infirmiers seront ainsi indemnisés à hauteur de 1 400 euros net par mois, contre une indemnité maximum de 200 euros dans des conditions habituelles. Les élèves aides-soignants percevront quant à eux 1 000 euros net par mois, alors qu’habituellement ils ne bénéficient d’aucune indemnité.

Dans ce cadre, les étudiants peuvent adresser un mail à [email protected]. Ils seront recontactés individuellement pour connaître les modalités.

Les patients présentant des symptômes du coronavirus – hors formes graves – peuvent être pris en charge en ville par leur médecin traitant ou dans des centres de consultations dédiés. 

Ces centres viennent renforcer l’offre habituelle de soins de ville en assurant une prise en charge des patients présentant les symptômes sans gravité du Covid-19, dans des conditions adaptées et sécurisées. Ni structure d’urgence, ni centre de soin non programmés, ils accueillent uniquement des patients cas possibles ou confirmés Covid-19 préalablement orientés par leur médecin ou le centre 15. Les patients ne doivent donc pas se rendre de leur propre initiative dans ces centres de consultation.

Ces centres de consultation médicale sont ouverts 7j/7 de 8h à 20h, en fonction des besoins du territoire et selon les capacités des professionnels. Ils respectent des règles précises garantissant la prise en charge des patients dans des conditions sécurisées :

  • mise à disposition de matériel de protection pour les malades et les personnels de santé ;
  • mesures d’isolement dans les salles d’attente (salle d’attente dédiée si d’autres activités dans les locaux, 1 à 2 mètres entre chaque chaise, pas de magazine ni de jouet, etc.)
  • mesures d’hygiène strictes (lavage très régulier des mains, port d’une blouse lavée ou remplacée chaque jour, désinfection du bureau et de la table d’examen après chaque passage, bio désinfection des locaux au moins une fois par jour, etc.)

Ces centres sont créés à l’initiative de professionnels de santé dans les territoires. Leur fonctionnement est financé par l’Agence régionale de santé. La labellisation et le financement de l’ensemble de ces sites sont prolongés, a minima jusqu’au 23 mai.

Ces centres, au même titre que beaucoup de structures d’exercice coordonné de la région (maisons de santé pluri-professionnelles, centres de santé, maisons médicales de gardes) participent à la stratégie de prélèvement mise en place par l’Agence régionale de santé. 

Compte tenu du contexte sanitaire lié au Coronavirus, l’ARS Hauts-de-France accélère depuis début mars le déploiement du service de téléconsultation de Prédice, programme régional de e-santé. Dans un contexte d’épidémie, la téléconsultation permet de limiter le risque de transmission du virus et de simplifier l’accès des patients à une consultation.

Un déploiement accéléré auprès des médecins de la région

Depuis le 4 mars, l’ARS Hauts-de-France accélère auprès des médecins généralistes et spécialistes de la région le déploiement du service de téléconsultation de Prédice*, programme régional de e-santé piloté par l’agence qui comprend un bouquet de services numériques de mise en relation, de coordination et de télémédecine.

Cohérente avec l’action gouvernementale, qui a assoupli les conditions de remboursement et d’accès à la téléconsultation dans le contexte de l’épidémie de Covid-19, cette initiative répond à un double objectif : limiter les contacts physiques et les risques de transmission envers le médecin ou sa patientèle en salle d’attente, faciliter l’accès du malade à une consultation en évitant un déplacement au cabinet ou à l’hôpital.

Mené en collaboration avec l’Union régionale des professionnels de santé (URPS) Médecins Libéraux, les établissements de santé, le Collectif SI MS Hauts-de-France (collectif systèmes d’information secteur médico-social) et le Groupement d’intérêt public (GIP) Sant& Numérique Hauts-de-France, ce déploiement massif connait une forte montée en charge : plus de 3 000 médecins de la région étaient inscrits au service le 25  mars, et le rythme d’actes de téléconsultation réalisés est en augmentation constante.

Les médecins des Hauts-de-France peuvent notamment effectuer des téléconsultations Prédice auprès des patients en situation de confinement car porteurs potentiels du virus et/ou en cas de suspicion de Coronavirus Covid-19. En cas de symptômes, le médecin peut alors proposer au patient une prise en charge adaptée (ordonnance, arrêt maladie, etc.) ou l’adresser vers un lieu de dépistage.

Un service étendu à d'autres professionnels de santé

Sur la base de ces premiers résultats encourageants, et face aux besoins liés à cette situation sanitaire exceptionnelle, l’ARS a étendu avec ses partenaires le bénéfice des services de télésanté du programme Prédice à d’autres professionnels de santé.

En collaboration avec l’URPS médecins et l’URPS infirmiers, un service de téléconsultation accompagnée a été ouvert. Il permet aux infirmiers, dotés d’un équipement de protection approprié, de pouvoir assister les patients lorsqu’une téléconsultation est réalisée par un médecin.

En lien avec l’URPS sages-femmes et le Conseil de l’ordre des sages-femmes, l’ARS Hauts-de-France rend aussi accessible dès à présent l’outil Prédice de télésanté aux sages-femmes pour réaliser des consultations à distance, en particulier pour assurer le suivi à domicile des femmes enceintes.

En collaboration avec l’URPS pharmaciens, l’ARS Hauts-de-France met également à disposition des officines de la région le module télésoin du programme Prédice. Les pharmaciens de la région pourront notamment conseiller à distance les patients atteints ou suspectés de Covid-19 dans la délivrance des médicaments.

Téléconsultation, mode d’emploi

Pour s’inscrire

Complétez le formulaire d'inscription médecins 

Complétez le formulaire d'inscription sages-femmes

Complétez le formulaire d'inscription pharmaciens

Un minimum d’équipements nécessaires

Pour les patients, le service de téléconsultation Prédice est accessible via smartphone, tablette ou par ordinateur (équipé de dispositif audio et vidéo) via une connexion internet haut débit ou 4G. Ce dispositif permet de couvrir une grande partie de la population des Hauts-de-France.

Le médecin quant à lui accède au service de téléconsultation via son ordinateur (PC ou Mac) équipé d’un dispositif vidéo (webcam) et audio (casque avec micro dans l’idéal), ainsi que d’une connexion internet haut débit.

Le déroulement de la téléconsultation

La téléconsultation est à l’initiative du médecin, qui la propose à son patient lors de la prise de rendez-vous. Le médecin adresse alors au patient un lien sécurisé sur lequel se connecter pour engager la téléconsultation. Selon les cas, le patient téléconsultant à domicile peut être accompagné par un professionnel de santé, par exemple un infirmier.

Découvrez en vidéo le déroulé de la téléconsultation Prédice 

Un règlement et un remboursement simplifiés

La téléconsultation Prédice permet au médecin de demander de façon sécurisée le paiement en ligne de la téléconsultation à son patient par carte bancaire.

A noter, certaines prises en charge ne nécessitent pas de règlement (notamment dans le cas de la pratique du tiers payant généralisé dans le secteur 1, de la prise en charge en téléconsultation de patient en ALD, etc.).

Pour les patients présentant les symptômes de l'infection ou reconnus atteints du covid-19, il n’y a plus de restriction à ce jour à la facturation de la téléconsultation

Des supports et formations ad hoc

En cas de besoin, un support en ligne et téléphonique est à la disposition des médecins pour les accompagner dans la prise en main de la solution et répondre à leurs questions. Par ailleurs, l’ARS Hauts de France, le GIP Sant& Numérique et l’URPS Médecins organiseront des webinaires pour présenter la télémédecine Prédice et répondre aux questions que cette pratique dans ce contexte particulier peut susciter.

Les situations dans lesquelles la téléconsultation est préconisée

  • Prise en charge de patients en situation de confinement car porteurs potentiels du virus et/ou en cas de suspicion de Coronavirus Covid19
  • Suivi d’un patient âgé et/ou fragile à domicile, en EHPAD ou autre structure médicosociale  
  • Téléconsultation au domicile du patient, ce dernier pouvant être accompagné par un professionnel de santé, par exemple un infirmier, etc.

Le télésuivi : Un suivi quotidien et en temps réel des patients covid

Le télésuivi peut être mis en place par le professionnel après une consultation médicale physique diagnostiquant ou suspectant un cas de Covid-19, lorsque l’état de santé du patient permet un maintien à domicile, ou lors d’un retour au domicile après hospitalisation.

Cet outil a été élaboré en collaboration avec des professionnels de santé, des urgentistes et les infectiologues des CHU de Lille et Amiens et du Groupement des hôpitaux de l’Institut catholique de Lille ainsi que les URPS Médecins et infirmiers de la région.

Pendant de ce suivi, le patient reçoit deux fois par jour un mail et un SMS pour renseigner un questionnaire médical concernant son état de santé du moment. L’enquête comporte 21 questions incluant la prise de température, la fréquence respiratoire et la fréquence cardiaque, ainsi que l’appréciation du niveau de santé, l’évolution par rapport à la veille ou la survenue de toux, maux de tête, diarrhée, etc.

Les réponses aux 21 questions sont interprétées selon le questionnaire initial du patient, et permettent de classer son état du moment sur une échelle de 1 à 4, 1 correspondant à « Patient stable, pas de symptôme sévère » et 4 à « Rapide aggravation des symptômes ».

Le médecin ou l’équipe de soins qui assure le suivi sont informés en temps réel des résultats des questionnaires via un tableau de bord accessible depuis Prédice. Ils peuvent ainsi observer dans le détail les réponses apportées par le patient et suivre l’évolution de son état de santé dans le temps, notamment à travers la génération de la courbe de température ou l’historique des questionnaires. Le professionnel de santé peut organiser si nécessaire une téléconsultation directement via l’outil Prédice.

En cas de classement de l’état de santé du patient en niveau 4 « rapide aggravation des symptômes », un message d’alerte apparaît immédiatement sur l’écran du patient, l’invitant à contacter le 15. Le professionnel de santé qui assure le suivi du patient reçoit par ailleurs un message d’alerte.

Le télésuivi accessible pour tous
Les questionnaires de télésuivi sont accessibles facilement depuis un smartphone ou un ordinateur connectés à internet en cliquant sur le lien envoyé deux fois par jour par mail et SMS. Le professionnel de santé qui assure le suivi transmet préalablement au patient ou à son entourage une fiche explicative pour lui présenter l’outil et l’aider à remplir le questionnaire, en particulier pour la prise de constantes (fièvre, fréquence cardiaque…).

Pour les patients qui ne disposent pas des équipements requis, l’outil peut être complété directement par un professionnel de santé via un entretien téléphonique, un acte de télésoin, ou grâce à l’intervention d’un professionnel au domicile. 

Secteur médico-social

L’Agence régionale de santé Hauts-de-France a conçu et diffusé aux EHPAD de la région un guide pratique rassemblant les recommandations de gestion de l’épidémie de Coronavirus covid-19. Ce guide est amené à évoluer selon les éventuelles nouvelles recommandations applicables. 

Diffusé à l’ensemble des EHPAD de la région, ce guide a été produit sous l’égide de l’Agence régionale de santé Hauts-de-France, avec la participation de professionnels du secteur (directeurs d’établissements, médecins, gériatres, infectiologues, hygiénistes, etc.).

Le kit regroupe en 9 fiches les recommandations applicables en EHPAD dans le cadre de l’épidémie actuelle de Coronavirus covid-19 :

  • Fiche 1 : Organisation territoriale
  • Fiche 2 : Gestion des ressources humaines
  • Fiche 3 : Mise en œuvre des mesures barrières
  • Fiche 4 : Admission et retour d’hospitalisation des résidents
  • Fiche 5 : Continuité de la prise en charge des résidents
  • Fiche 6 : Documents utiles pour la gestion des hospitalisations
  • Fiche 7 : Vérification et utilisation des stocks de produits sanitaires
  • Fiche 8 : Gestion du chariot d’urgence
  • Fiche 9 : Gestion de l’oxygène
  • Fiche 10 : aide aux aidants et soutien aux professionnels
  • Fiche 11 : déconfinement et reprise progressive d’activité

NB : Ce guide est mis à jour en continu pour tenir compte des recommandations les plus récentes. Pensez à le consulter régulièrement

Les EHPAD de la région ont d’ores et déjà reçu des annexes associées à ce guide. En cas de difficultés pour y accéder, contactez-nous ici

Pour venir en aide aux Ehpad, l’ARS renforce le dispositif d’accompagnement déjà mis en place et prend 11 mesures nouvelles pour accentuer  la présence médicale auprès des résidents, soutenir les professionnels de santé et les personnels des Ehpad, améliorer le parcours de soins des personnes âgées prises en charge. L’ARS financera notamment le renforcement du temps médical dans ces structures. 

L’Agence accompagne directement les établissements depuis la survenue des premiers cas dans la région. Une équipe de 7 médecins (incluant le renfort de médecins conseils de l’Assurance maladie) et de 15 agents assurent au quotidien le suivi des Ehpad comptant parmi leurs résidents des cas possibles et confirmés de coronavirus. L’ARS accompagne les établissements dans la mise en place de mesures de gestion spécifiques, notamment en matière d’hygiène et de protection des résidents et des personnels, qui ont nécessité dans certains cas l’intervention d’une équipe d’hygiène sanitaire. Ces recommandations ont été regroupées et adressées à tous les établissements de la région à travers un guide spécifique.

L’Agence régionale de santé prend 11 nouvelles mesures pour renforcer le soutien aux Ehpad des Hauts-de-France.

Renforcer la présence médicale au bénéfice des patients

  • Augmenter le temps de travail des médecins coordonnateurs dans les Ehpad

Les Ehpad ont la possibilité d’augmenter, jusqu’à un temps plein, la présence des médecins coordonnateurs, normalement présents à temps partiel. Cette augmentation du temps médical est intégralement financée par l’ARS Hauts-de-France.

  • Faciliter la continuité des prises en charge et des traitements

L’ensemble des médecins qui interviennent en Ehpad, y compris les médecins coordonnateurs, peuvent désormais établir des prescriptions pour les résidents. Les pharmaciens peuvent par ailleurs renouveler les traitements qui arrivent à leur terme, sans ordonnance.

  • Bénéficier de la mobilisation régionale #RenfortsCovid

L’ARS a lancé le 26 mars un appel à la mobilisation des professionnels de santé, étudiants et retraités disponibles et volontaires pour venir en renfort des équipes au sein des établissements. L’ensemble des Ehpad de la région peut se joindre à cette opération et faire connaître ses besoins via la plateforme www.renfort-covid.fr et avoir accès aux profils des volontaires inscrits, pour les mobiliser en renfort.

  • Déployer l’outil de téléconsultation régional Prédice auprès de tous les médecins de la région

L’ARS a accéléré auprès des professionnels de santé de la région le déploiement de l’outil régional de téléconsultation Prédice. Tous les médecins qui interviennent en Ehpad peuvent désormais utiliser cette solution sécurisée pour faciliter l’accès aux soins et le suivi des patients.

Soutenir les professionnels de santé et les personnels des Ehpad dans la gestion de l’épidémie

  • Mettre en place une réponse gériatrique à l’échelle des territoires

Les personnels soignants des établissements vont pouvoir bénéficier à l’échelle du territoire de l’accompagnement à distance d’un gériatre hospitalier lorsque nécessaire.

Cette réponse gériatrique est ouverte tous les jours, week-end compris, entre 8h et 20h.

  • Mobiliser les équipes opérationnelles d’hygiène et d’infectiologie

Ces équipes sont mobilisables pour intervenir dans les établissements pour les accompagner dans la mise en place de mesures d’hygiène spécifiques, pendant la réalisation de soins et plus généralement pour protéger les patients et les personnels.  

  • Actualiser les recommandations à destination des Ehpad

L’Agence régionale de santé Hauts-de-France a conçu et diffusé aux Ehpad de la région un guide pratique rassemblant les recommandations de gestion de l’épidémie de Coronavirus covid-19, avec la participation de professionnels du secteur (directeurs d’établissements, médecins, gériatres, infectiologues, hygiénistes, etc.). Ces recommandations sont régulièrement actualisées et communiquées aux établissements selon l’évolution de la situation.

  • Mettre en place un dispositif régional de soutien psychologique à l’attention des professionnels confrontés à la gestion de l’épidémie.

Fluidifier les parcours des patients pour des prises en charge adaptées

  • Faciliter l’hébergement temporaire dans les Ehpad pour les patients en sortie d’hospitalisation, sans reste à charge

Certains Ehpad ont la possibilité, en fonctionnement habituel, d’accueillir des résidents de façon temporaire. Ce principe est ouvert à l’ensemble des établissements afin de fluidifier les sorties d’hospitalisation et proposer, dans des conditions sécurisées, une prise en charge ponctuelle en Ehpad, entre l’hôpital et le domicile, incluant la continuité de soins. Le reste à charge pour ces patients sera pris en charge à 100% par l’ARS.

  • Mobiliser les services de soins de suite et de réadaptation dans la prise en charge des résidents d’Ehpad

Les services de soins de suite et de réadaptation sont mobilisés en appui des professionnels de santé pour prendre en charge les résidents d’Ehpad qui nécessitent notamment une oxygénothérapie lorsque cela n’est pas possible au sein de l’établissement.

  • Renforcer l’intervention des services d’hospitalisation à domicile et des équipes de soins palliatifs et douleur

Afin de renforcer la dispensation de soins dans les Ehpad, l’intervention des équipes d’hospitalisation à domicile, de soins palliatifs et douleur sera renforcée. Les équipes de soins palliatifs et douleur pourront établir des prescriptions si cela est nécessaire.

L’Agence régionale de santé Hauts-de-France a conçu et diffusé aux établissements médico-sociaux pour personnes en situation de handicap et aux établissements pour personnes en difficultés spécifiques un guide pratique rassemblant les recommandations de gestion de l’épidémie de Coronavirus covid-19. Ce guide est amené à évoluer selon les éventuelles nouvelles recommandations applicables.

Diffusé à l’ensemble des établissements médico-sociaux pour personnes en situation de handicap et aux établissements pour personnes en difficultés spécifiques de la région, ce guide regroupe en 9 fiches les recommandations applicables dans le cadre de l’épidémie actuelle de Coronavirus covid-19 :

  • Fiche 1 : Liens avec les pharmacies d’officine et les médecins traitants
  • Fiche 2 : Info RH
  • Fiche 3 : Mise en œuvre des mesures barrières
  • Fiche 4 : Continuité de la prise en charge des résidents et télémédecine
  • Fiche 5 : Définition de cas
  • Fiche 6 : Précaution d’hygiène en ESMS
  • Fiche 7 : Protocole habillage/déshabillage
  • Fiche 8 : Documents utiles pour le contact-tracing
  • Fiche 9 : Traitement du linge et nettoyage des locaux

Consultez le guide

 Un guide similaire à destination des EHPAD a été réalisé. Il est accessible ici .

L’Agence régionale de santé a conçu un guide évolutif pour les professionnels salariés intervenant à domicile auprès des personnes âgées. Il rassemble les recommandations de gestion de l’épidémie de Covid-19. Diffusé à l’ensemble des ESMS et réseaux de santé de la région, ce guide a été produit avec la participation de professionnels du secteur.

Le kit regroupe différentes fiches de recommandations applicables à domicile dans le cadre de l’épidémie actuelle de Ccvid-19 pour les SAAD, SSIAD, équipes spécialisées, réseaux de santé, MAIA, plateformes de répit, ainsi que les prises en charge sanitaires complémentaires possibles pour les patients COVID19+, et des informations sur les possibilités de soutien aux professionnels.

  • FICHE 1 : recommandations générales pour la reprise d'activité en ville dont services a domicile
  • FICHE 2 : prise en charge sanitaire de patients symptomatiques COVID19
  • FICHE 3 : continuité des soins hors COVID19
  • FICHE 4 : mesures barrières et hygiène
  • FICHE 5 : ressources humaines
  • FICHE 6 : recommandations ESA et ESPRAD
  • FICHE 7 : recommandations aux réseaux ou équipes mobiles gériatriques externes
  • FICHE 8 : recommandations aux MAIA
  • FICHE 9 : recommandations aux plateformes de répit
  • FICHE 10 : soutien psychologique au grand public
  • FICHE 11 : soutien aux professionnels