Tout savoir sur les autotests

Actualité

Les autotests constituant des dispositifs médicaux, la loi n’en permet la vente qu’en pharmacie. Ces autotests qui seront rapidement déployés dans l'ensemble des officines sont une solution supplémentaire pour freiner l'épidémie de COVID-19.

Qu'est ce que l'autotest ?

L’autotest est une forme de test antigénique, à réaliser soi-même, à l’aide d’un écouvillon introduit dans le nez. Pour augmenter la fiabilité du test, il faut bien suivre la notice d’utilisation du fabricant et bien faire le geste de prélèvement. Il sert à dépister les personnes de plus de 15 ans qui n'ont pas de symptômes et qui ne sont pas personnes contacts. Il permet de savoir si on est porteur ou non de la COVID-19, mais n'a d'intérêt que s'il est fait régulièrement par exemple 1 à 2 fois par semaine.

Quand peut-on l'utiliser ?

Ce test peut être utilisé, notamment dans le cadre d'un dépistage collectif (lycée, entreprise,...) ou par un particulier à domicile. En répétant le prélèvement, par exemple 1 à 2 fois par semaine, on augmente les chances de détecter le virus au début de la maladie. En cas de symptômes ou de contact avec une personne testée positive à la Covid, il faut faire un test RT-PCR ou antigénique au laboratoire ou chez un professionnel de santé.

Quelle est la différence entre l’autotest et les autres tests COVID autorisés en France ?

Les autotests sont des tests antigéniques. Ce sont donc les mêmes types de tests que ceux actuellement réalisés en pharmacie. La différence réside non pas dans la méthode d’analyse du prélèvement, mais bien dans la manière de réaliser le prélèvement. En effet, en pharmacie, le prélèvement nasopharyngé est réalisé par un professionnel de santé, tandis que dans le cadre d’un autotest, le prélèvement nasal, moins profond, est réalisé par l’usager.

Comment réaliser l'autotest ?

Les résultats du test ?

(+) Le résultat est POSITIF si deux bandes colorées apparaissent au niveau des zones (C) et (T).
(-) Le résultat du test est NÉGATIF si une bande colorée apparait uniquement dans la zone contrôle (C).
(X) Si la ligne contrôle (C) n’apparait pas, le résultat est INVALIDE. Il faut refaire un autotest. En cas de doute sur le résultat, consulter son pharmacien.

MON AUTOTEST EST POSITIF, QUE DOIS-JE FAIRE ?

1 - Je m'isole
Je rentre chez moi m’isoler. J’informe les personnes avec qui je vis qu’elles doivent également s’isoler et se tester : je consulte pour cela les consignes sur : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/document_patient_-_consignes_d_isolement.pdf. Je préviens mes autres contacts sans attendre le test PCR.  Comme je suis asymptomatique, mon isolement doit durer 10 jours après la réalisation du test.

2 - J'effectue immédiatement un test RT-PCR de confirmation 
Je me rends au plus vite dans un laboratoire pour effectuer un test PCR nasopharyngé. Le test PCR est pris en charge par les services de l'Assurance Maladie sur présentation de ma carte Vitale : je n'ai rien à avancer. La confirmation par test PCR permettra à l'Assurance Maladie de contacter les personnes que j’ai croisées pour qu’elles s’isolent et se fassent tester et de me délivrer un arrêt de travail et/ou de me proposer une solution d'isolement adaptée.

3 - Je contacte mon médecin traitant. 
Il pourra m’indiquer la marche à suivre, me prescrire des masques chirurgicaux et un arrêt de travail si besoin. Je surveille mon état de santé et je m’informe sur le site officiel mesconseilscovid.fr. Je contacte mon médecin traitant en cas d’apparition de symptômes, en cas de doute sur un traitement ou pour tout autre problème de santé. En cas de difficultés à respirer, notamment en cas d’apparition d’un essoufflement, j’appelle immédiatement le 15 (ou le 114 pour les personnes sourdes ou malentendantes).

4 - Je respecte scrupuleusement les gestes barrières
Je continue de respecter scrupuleusement les gestes et mesures barrières pendant 7 jours après ma durée d'isolement pour ne pas mettre en danger mon entourage et notamment les personnes les plus vulnérables.

 

Quel est le prix d'un autotest ?

Les autotests disponibles à la vente libre en pharmacie seront pris en charge pour les aides aux personnes âgées et aux personnes handicapées qui sont en contact avec les personnes fragiles afin de sécuriser leur activité en contact rapproché avec des personnes à risque de formes graves de la COVID-19.

Sont concernés par cette prise en charge les services d’aide à domicile (SAAD en service prestataire, intervenants mandataires, particuliers employeurs, salariés des SSIAD, salariés de service pour personnes handicapées) et les accueillants familiaux. La dispensation gratuite d’autotest leur sera assurée sur présentation d’un justificatif du professionnel, dans la limite de 10 autotests par mois.

Au total, environ 600 000 professionnels bénéficieront de cette prise en charge intégrale par l’Assurance Maladie.

En revanche, les autotests ne sont pas pris en charge par l’Assurance Maladie pour le grand public. Le grand public dispose en effet déjà d’une offre de tests PCR et antigéniques facilement accessibles et pris en charge, dans un réseau dense de plus de 12 000 points de tests.

Le prix-limite de vente pour le grand public s’élèvera à 6 € par autotest dans un premier temps. Ce prix-limite de vente passera à 5,2 € dès le 15 mai. Cette dégressivité se justifie par l’échelonnement de l’arrivée sur le marché français de fabricants aux capacités de production plus importantes et donc aux coûts de production plus faibles.