Semaine de prévention et de dépistage des cancers de la peau : du 12 au 17 juin

Actualité

Environ 80.000 cancers de la peau sont détectés annuellement en France et le nombre de nouveaux cas a plus que triplé en 30 ans. La semaine de prévention et de dépistage des cancers de la peau, organisée par le syndicat national des dermatologues et soutenue par le Ministère de la santé et l’INCA, est l’occasion de rappeler l’importance du dépistage précoce et de la prévention.

La prévention et le dépistage précoce réduisent le risque de développer un cancer de la peau et offrent de meilleures chances de guérison. Des gestes simples peuvent être adoptés tout au long de l’année et notamment en période estivale.

La protection solaire passe par l’exposition la plus minimale possible :

- éviter de s’exposer entre 12h et 16h

- porter un chapeau à large bord et des lunettes de soleil de catégorie CE 3 ou 4

- porter des vêtements longs et amples 

- ne pas avoir recours aux  cabines UV, qui, contrairement à certaines idées reçues, ne prépare pas la peau au soleil et dont les effets nocifs se cumulent avec ceux des UV naturels du soleil.

- mettre de la protection solaire adaptée à votre phototype (de 1, très clair à 6 très foncé). Pour savoir quel est votre phototype, cliquez ici https://dermatos.fr/sauversapeau/prevention.html

Que signifie l’indice de protection solaire (SPF) indiqué sur les crèmes solaires ?

  • SPF 6 = protection faible
  • SPF 15 = protection moyenne
  • SPF 30 = haute protection
  • SPF 50+ = très haute protection

Pour tout savoir sur les règles de protection et l’utilisation des crèmes solaires, cliquez  ici https://www.e-cancer.fr/Comprendre-prevenir-depister/Reduire-les-risques-de-cancer/Exposition-aux-rayonnements-UV/Mieux-se-proteger-du-soleil 

 

En France, il n'existe pas de programme de dépistage organisé des cancers de la peau. Les visites régulières chez le dermatologue sont le moyen le plus sûr et efficace de prévenir et donc de guérir les cancers de la peau. Cependant, ces visites doivent être complétées par un auto-examen qu’il faut pratiquer au moins 3 fois par an et selon la méthode ABCDE, à retrouver sur https://www.sauver-sa-peau.fr/auto_examen.

Les signes qui doivent vous inciter à consulter un dermatologue : une lésion potentiellement suspecte (plaie qui ne cicatrise pas, bouton ou croûte qui persiste ou évolue, « tache » brune), ou un grain de beauté « différent des autres », plus large et plus irrégulier que d’habitude ou curieusement colorié ou des antécédents familiaux de cancer de la peau.

Les carcinomes sont les cancers les plus courants. Selon l’INCA, ils représentent 90 % des cancers cutanés diagnostiqués en France. Dans l’immense majorité des cas, ils sont moins graves, sauf pour certaines formes.

C’est une tumeur maligne qui prend son origine dans les cellules épithéliales, qui constituent la peau et certaines muqueuses.

Les mélanomes cutanés représentent 10 % des cancers de la peau. Cette tumeur maligne peut apparaître sur une peau saine (70 à 80% des cas) ou résulter de la transformation maligne d’un grain de beauté (nævus). Les UV jouent un rôle important dans leur apparition. Les autres facteurs de risques sont génétiques (phénotype clair, phénotype naevique, maladies prédisposantes, mélanomes héréditaires) ou extrinsèques (immunosuppression infectieuse ou thérapeutique).

Avec 15 500 nouveaux cas, le mélanome cutané se situe au 9ème rang des cancers, tous sexes confondus, et représente 3,7% de l’ensemble des nouveaux cas de cancers et 1,2 % des décès.

Lorsqu’il est détecté tôt, à un stade peu développé, il peut la plupart du temps être guéri. Le traitement consiste alors à retirer la lésion (exérèse chirurgicale).

Aller plus loin

Liens utiles