Hauts-de-France

Rappel de produits de nutrition infantile

Actualité
Date de publication
Visuel
Biberon _lait en poudre
Le dispositif français de veille sanitaire a permis d’identifier un excès de cas de salmonelloses à Salmonella poona chez des nourrissons de moins de 2 ans.
Corps de texte

Les investigations menées par Santé publique France ont permis d’identifier 4 nourrissons ayant été infectés par une même souche de cette salmonelle. Tous avaient consommé quelques jours avant la survenue des symptômes des produits de nutrition infantile à base de protéines de riz de marque Modilac, fabriqués dans une usine implantée en Espagne. Ces nourrissons vont aujourd’hui mieux et sont tous sortis d’hospitalisation. Trois autres cas sont en cours d’investigation.

En conséquence, l’entreprise Sodilac qui commercialise ces produits a procédé le 24 janvier 2019, en lien avec la DGCCRF et la DGS, au rappel de toute sa gamme de produits de nutrition infantile à base de protéines de riz et, de manière élargie, de l’ensemble des fabrications issues du site de production espagnol concerné.

Sodilac a également mis à disposition des parents un numéro vert 0 800 800 970 pour répondre à leurs interrogations.

Les autorités sanitaires demandent aux parents qui disposeraient de boîtes concernées par cette mesure de rappel de ne pas les utiliser dans la mesure du possible, qu’elles soient neuves ou déjà entamées, et de les rapporter, si possible, au point de vente où elles ont été achetées.

En attendant de trouver une alternative, les parents peuvent préparer les biberons avec le lait qu’ils possèdent, en faisant bouillir le lait pendant 2 minutes puis en le laissant refroidir avant de le verser dans le biberon.

Dans tous les cas, si un enfant présente des symptômes de toxi-infection alimentaire (diarrhée éventuellement accompagnée de fièvre), les parents sont invités à contacter un médecin dans les meilleurs délais. En attendant, un soluté de réhydratation, disponible en pharmacie, pourra être donné à l’enfant pour éviter une déshydratation en raison de pertes liquidiennes importantes (selles liquides nombreuses).

Les investigations menées par la DGCCRF se poursuivent, en lien avec les autorités espagnoles. Santé Publique France, en lien avec le Centre national de référence des Salmonelloses (Institut Pasteur), poursuit également la surveillance renforcée des cas de Salmonella poona.

Aller plus loin