On n’attend pas la rentrée pour se faire vacciner

Communiqué de presse

194.014 jeunes de 12 à 17 ans habitant les Hauts-de-France ont reçu au 28 juillet au moins une dose de vaccin et 61.088 sont pleinement vaccinés.

194.014 jeunes de 12 à 17 ans habitant les Hauts-de-France ont reçu au 28 juillet au moins une dose de vaccin et 61.088 sont pleinement vaccinés. Grâce à leur mobilisation, les Hauts-de-France présentent la 2e meilleure couverture vaccinale régionale sur cette tranche d’âge, derrière la Normandie : selon Santé Publique France, 40,9 % des 12-17 ans de notre région ont reçu au moins une dose de vaccin, contre en moyenne 35,5% France entière. Leur demande hebdomadaire de vaccination est en augmentation constante depuis mi-juin, avec notamment 37.548 primo-injections réalisées la semaine dernière.

Face à la menace du variant Delta et à la reprise de la circulation du virus dans notre région, l’ARS Hauts-de-France, la préfecture de région et les rectorats de Lille et Amiens appellent les jeunes à continuer à se faire vacciner rapidement et massivement pendant l’été. Plusieurs dispositifs ou mesures facilitent leur accès à la vaccination.

Des évolutions concernant l’autorisation parentale

La loi relative à la gestion de la crise sanitaire prévoit que l’autorisation parentale n’est plus requise pour la vaccination des mineurs de 16 ans et plus. Pour les 12-15 ans, l’autorisation d’un seul parent suffit. Quel que soit l’âge, la présence d’un parent est recommandée lors de la vaccination mais elle n’est plus obligatoire.

Des milliers de rendez-vous disponibles dans plus de 130 centres de vaccination restés ouverts

Au moins 900.000 doses de vaccin sont disponibles pour des primo-injections dans les centres de vaccination jusque fin août et de nombreux créneaux sont réservables à court terme. La très grande majorité des centres de vaccination restent ouverts pendant l’été et proposent des horaires élargis, une ouverture 7j/7 et du sans-rendez-vous. Cette offre s’accompagne également de nombreuses opérations de vaccination de grande proximité, partout en région : opérations mobiles ou éphémères dans des communes rurales, en centre-ville ou dans les quartiers, sur le littoral, dans des centres commerciaux, etc.

Des professionnels libéraux mobilisés pour vacciner aussi les plus jeunes

Les médecins, infirmiers, pharmaciens, biologistes et sages-femmes libéraux participent pleinement au dispositif de vaccination. À l’initiative de l’ARS, ils peuvent désormais s’approvisionner en flacons Pfizer auprès de centres de vaccination et proposer ce vaccin dès 12 ans. Le vaccin Moderna, auquel les professionnels libéraux ont également accès, vient par ailleurs d’être autorisé pour une utilisation à partir de 12 ans.

Une seule injection pour être pleinement vacciné si on a déjà eu la Covid

Quel que soit leur âge, les personnes qui ont déjà eu la Covid-19 ne reçoivent qu’une seule dose de vaccin pour être pleinement vaccinées, y compris avec un vaccin à ARN messager, en raison de la mémoire immunitaire acquise après la maladie. La vaccination pour ces personnes est possible à partir de 2 mois après avoir été positif. Les centres de vaccination peuvent proposer aux personnes qui le souhaitent une sérologie rapide sur place (petite piqûre au bout du doigt) afin de déterminer si elles ont contracté la Covid-19 et peuvent être pleinement vaccinées avec une dose unique.

Informations pratiques

  • Les rendez-vous sont réservables depuis le site sante.fr ou directement sur celui des opérateurs tels Doctolib, Keldoc, Maiia, etc. 
  • Le site de référence sante.fr identifie désormais les centres de vaccination qui proposent des créneaux sans rendez-vous.
  • Dans l’hypothèse où les professionnels libéraux ne seraient pas référencés sur les sites de prises de rendez-vous en ligne, les patients sont invités à se rapprocher directement de leur professionnel habituel.

Le jour de la vaccination, les mineurs doivent se munir du numéro de sécurité sociale d’un parent ou de sa carte vitale.