Le CHU de Lille et l’ARS Hauts-de-France alertent sur la dangerosité des piles « bouton » chez les jeunes enfants

Communiqué de presse
Visuel
En cette période de fêtes de fin d’année propice aux réunions de famille et aux cadeaux électroniques, les professionnels de chirurgie pédiatrique du CHU et l’ARS Hauts-de-France alertent sur la dangerosité de l’ingestion de piles « bouton » chez les jeunes enfants.
Corps de texte

A l’origine de plusieurs décès, et d’environ 1 200 passages aux urgences en France en 2019 pour ingestion ou suspicion d’ingestion, ces piles de petites tailles constituent un réel danger lorsqu’elles sont ingérées par de jeunes enfants. Les cas d’ingestion, et de complications graves allant jusqu’au décès, se sont multipliés ces 4 dernières années.

Les professionnels de santé du CHU et l’ARS recommandent donc la plus grande vigilance sur l’accès des jeunes enfants à ces modèles de pile.

Quels appareils utilisent des piles « bouton » ?

Les modèles de piles dites « bouton » se retrouvent dans les jeux électroniques, mais aussi dans certaines clés de voiture (format carte).

Ingérées par les jeunes enfants, les piles bouton provoquent des lésions d’une extrême gravité

Les lésions induites par les piles boutons sont liées au courant électrique au contact des tissus muqueux. Il semblerait que les piles au lithium soient les plus nocives du fait de leur voltage plus important (3V). Les lésions apparaissent au niveau oesophagien dès les 15 premières minutes avec une atteinte nécrosante, qui peut atteindre l’aorte dans un délai de quelques heures.

D’après la littérature scientifique, les lésions oesophagiennes sont à l’origine de tous les cas de décès. Ces lésions peuvent se manifester de manière retardée, notamment lorsque la pile reste coincée momentanément dans l’oesophage.

Quels sont les symptômes qui doivent alerter ?

Lorsqu’une pile bouton est ingérée par un jeune enfant et reste coincée dans l’oesophage, les symptômes observés se manifestent par une douleur, un refus de boisson ou d’alimentation, des vomissements, ou encore des tentatives répétées de déglutition. Dans certains cas aucun symptôme n’est perceptible avant la survenue des complications. C’est pourquoi la plus grande vigilance est recommandée quant au risque d’ingestion de ces piles.

Les chirurgiens pédiatriques du CHU de Lille ainsi que les professionnels du SAMU du Nord et du Centre Antipoison de Lille recommandent une prise en charge très rapide en cas de suspicion d’ingestion d’une pile bouton.

Dans tous les cas, ne laissez jamais de piles bouton à portée des enfants. Si votre enfant a avalé une pile bouton, même en cas de doute, appelez immédiatement le 15 ou rendez-vous aux urgences.