L’ARS engage la reprogrammation progressive des interventions dans les Hauts-de-France

Communiqué de presse
Visuel
Le ralentissement de la circulation du virus et la stabilisation du nombre de patients Covid en réanimation conduisent l’ARS à engager un désarmement progressif des capacités de réanimation déployées ces trois dernières semaines, afin de pouvoir procéder aux premières reprogrammations. Même si elle s’améliore, la situation épidémiologique et sanitaire appelle à la plus grande vigilance de chacun.
Corps de texte

Un ralentissement de la circulation du virus

Il est constaté dans les cinq départements de la région un ralentissement de la circulation du virus avec une diminution des taux d’incidence et de positivité au test RT-PCR. Ce ralentissement, même s’il est commun à toute la région, n’a pas le même point de départ et le même rythme selon les départements. La décrue est ainsi antérieure et plus rapide dans le département du Nord où le couvre-feu a été mis en place de façon anticipée, au regard des taux d’incidence alors bien supérieurs aux autres départements.

Même s’ils sont en baisse, les indicateurs démontrent toutefois une circulation du virus qui reste importante avec des taux d’incidence et de positivité bien supérieurs à ceux de fin août et fin septembre.

Taux d’incidence sur 7 jours pour 100 000 habitants*

 

31/08

30/09

15/10

31/10

15/11

HDF

32,2

130,4

315,8

614,1

291,4

Aisne

20

46,4

149,8

324,7

217,3

Nord

42,6

187,4

472

816,5

320,3

Oise

29,3

81,8

218

455,2

239,7

Pas-de-Calais

26,2

104,6

225,7

573,8

336,9

Somme

15,4

85,5

130,6

294,3

187,1

Taux de positivité au test RT-PCR sur 7 jours pour 100 000 habitants*

 

31/08

30/09

15/10

31/10

15/11

HDF

3,1

8,7

15,1

21

16,2

Aisne

3,4

6,1

11

16,8

14,5

Nord

3,3

10

17,4

22,5

17

Oise

3,6

7,9

13,4

20,6

15,6

Pas-de-Calais

2,8

7,3

12,9

20,1

16,7

Somme

2,1

6,2

9,1

15,4

12,5

Une stabilisation à un niveau élevé du nombre de patients en réanimation

Le ralentissement de la circulation du virus entraine une stabilisation du nombre de patients Covid+ hospitalisés et en réanimation, qui reste toutefois à un niveau très élevé, proche de ceux enregistrés au plus fort de la première vague. Il n’est à ce jour pas constaté de baisse significative du nombre de patients en réanimation, avec plus de 500 personnes pris en charge en réanimation ou soins intensifs.

Nombre de patients Covid hospitalisés et en réanimation et soins intensifs dans les Hauts-de-France*

 

31/08

30/09

15/10

31/10

18/11

Hospitalisation

431

648

1 044

2 429

3 192

Réanimation et soins intensifs

30

109

167

381

512

Un désarmement progressif des lits de réanimation supplémentaires

La prise en charge des patients Covid et non Covid en réanimation a nécessité ces dernières semaines le déploiement d’importantes capacités supplémentaires, à hauteur de 300 nouveaux lits de réanimation, grâce à la déprogrammation progressive d’interventions depuis mi-octobre dans les secteurs publics et privés. Le taux de déprogrammation moyen dans la région est estimé aujourd’hui entre 50 et 60%. Environ 800 lits de réanimation sont actuellement ouverts dans la région, contre 460 lits hors crise sanitaire, avec un taux d’occupation global d’environ 84 % des lits ouverts, et de 150% par rapport à la capacité initiale. 

La stabilisation des tensions dans les hôpitaux et les perspectives de diminution du nombre de patients Covid en réanimation conduisent l’ARS à adapter le capacitaire à la baisse. L’enjeu est ainsi de permettre la reprise d’activités qui avaient dû être déprogrammées et la reprogrammation d’interventions le plus rapidement possible, tout en conservant un volume de lits disponibles en cas de reprise rapide des hospitalisations en réanimation.

L’ARS Hauts-de-France a ainsi demandé aux établissements publics et privés de la région d’engager un désarmement progressif des lits de réanimation ouverts dernièrement, à hauteur d’environ 50 lits en moins par semaine au niveau régional, pour atteindre environ 600 lits de réanimation disponibles mi-décembre.

Cet ajustement du capacitaire à l’évolution de l’épidémie et des besoins est ainsi progressif et peut être adapté à tout moment à la situation sanitaire. A l’instar du dispositif mis en place par l’Agence lors de la phase de déprogrammation, la réduction du capacitaire de réanimation et la reprogrammation d’interventions sont organisées par les établissements, à l’échelle territoriale de façon à coordonner les prises en charge entre les établissements publics et privés d’un même territoire.

Une vigilance qui reste primordiale pour lutter contre le virus

Bien que l’épidémie soit en régression ces deux dernières semaines au niveau régional et territorial, le virus circule encore fortement dans notre région. Les taux d’incidence sont encore bien supérieurs au seuil de vigilance de 50 cas sur 7 jours pour 100 000 habitants, et le nombre de patients Covid actuellement en réanimation est 10 à 15 fois supérieur à la situation en juillet et août.

L’ARS Hauts-de-France appelle ainsi chacun à maintenir la plus grande vigilance et à respecter les mesures de protection prises pour freiner l’épidémie.

* Données Santé publique France, disponibles sur geodes.santepubliquefrance.fr