La campagne de vaccination s’accélère et se déploie dans tous les départements des Hauts-de-France

Communiqué de presse
Visuel
La campagne de vaccination contre la Covid-19 a débuté dans la région le 28 décembre, au sein de trois Ehpad du Nord et de la Somme. Sur l’ensemble de la région, 15 nouveaux établissements ou unités de soins de longue durée pourront faire bénéficier leurs résidents et personnels de cette protection vaccinale à compter de la semaine prochaine.
Corps de texte

La campagne de vaccination contre la Covid-19 a débuté dans la région le 28 décembre, au sein de trois Ehpad du Nord et de la Somme. Dès la semaine prochaine et sur l’ensemble de la région, 15 nouveaux établissements ou unités de soins de longue durée pourront faire bénéficier leurs résidents et personnels de cette protection vaccinale. Les premières séances de vaccination dans ces structures seront organisées la semaine prochaine. 

Lundi 21 décembre, l’Agence européenne du médicament a autorisé la mise sur le marché du vaccin Pzifer-BioNTech contre la Covid-19. Jeudi 24 décembre, la Haute autorité de santé (HAS) rendait son avis concernant la stratégie d’utilisation du vaccin élaboré par Pzifer-BioNTech. Depuis le 18 décembre, l’organisation logistique se déploie dans la région avec la livraison et l’installation du premier « super congélateur » au CHU de Lille, puis dans chaque département. Pour rappel, ces congélateurs permettent de stocker à - 80°C les doses du premier vaccin disponible, qui arrivent en France de manière progressive. Le CHU de Lille a ainsi été approvisionné des 9.750 premières doses le 26 décembre, permettant à la région de débuter la vaccination au plus tôt. 

Lundi 28 et mardi 29 décembre, 37 résidents et 3 soignants ont ainsi pu être vaccinés au sein des Ehpad « les Bateliers » (CHU de Lille, 12 résidents) et « les Magnolias » (groupe hospitalier de Loos Haubourdin, 12 résidents et 1 soignant), mardi 29 décembre au sein de l’Ehpad « Saint Victor » (CHU d’Amiens, 13 résidents et 2 soignants).

Comme prévu, à compter de la semaine prochaine, 14 Ehpad et 1 unité de soins de longue durée (USLD) volontaires et en capacité de réaliser les consultations pré-vaccinales dès cette semaine, pourront permettre aux résidents, patients et professionnels qui le souhaitent de se faire vacciner. De statuts public ou privé, ces 15 structures sont réparties sur l’ensemble de la région : 

•    Dans l’Oise : Ehpad Montmorency à Breteuil, Ehpad Le Rond Royal et Ehpad Carpe Diem à Compiègne
    Dans l’Aisne : Ehpad Le Vert Buisson à Crécy-Sur-Serre, Ehpad Euphémie Derche à Etreillers, Ehpad Charles Lefèvre à Flavy-le-Martel
•    Dans la Somme : Ehpad Korian Samarobriva d’Amiens, Ehpad de Oisement, Ehpad de Nesle
•    Dans le Pas-de-Calais : Ehpad Temps de vie Saint-Jean à Laventie, Ehpad Edith Piaf à Bruay La Buissière, USLD de l'hôpital de Riaumont à Lievin 
•    Dans le Nord : Ehpad Didier Eloy à Aulnoye Aymeries, Ehpad Le clos des tilleuls à Hazebrouck, Ehpad Résidence doux séjour à Masnière
Tous les établissements accueillant des personnes âgées dans la région seront progressivement alimentés en vaccins tout au long de cette première phase de la campagne. Pour rappel, cette première phase de vaccination concerne les personnes âgées résidant en établissements, ainsi que les professionnels y exerçant et présentant un risque élevé.

En Hauts-de-France, au sein des 566 Ehpad et 54 sites d’USLD, près de 45.000 résidents et patients, ainsi qu’une partie des 38.000 professionnels travaillant dans ces structures et concernés se verront ainsi proposer cette protection contre la Covid-19.

Livraison et approvisionnement des vaccins

Pour l’ensemble du territoire national, le circuit logistique est organisé selon deux flux :

Les établissements de la région seront approvisionnés en vaccins tout au long de cette première étape de la campagne qui durera 6 à 8 semaines, le vaccin nécessitant l'administration d'une deuxième dose 21 jours après la première injection.

Rappel de la stratégie vaccinale en France

Les résultats des études cliniques des candidats vaccins semblent converger pour démontrer un fait principal : la vaccination permet de réduire massivement la mortalité due au virus et à ses formes graves. Cette stratégie vaccinale nationale repose sur trois grands principes :

•    Le libre choix des patients : le Président de la République l’a dit, la vaccination ne sera pas obligatoire.
•    La gratuité du vaccin : aucun Français ne doit renoncer à se faire vacciner pour des raisons financières.
•    La sécurité : la vaccination se fera dans le strict respect de toutes les règles qui encadrent l’utilisation des produits de santé dans notre pays.

La campagne de vaccination s’effectuera en trois étapes

•    Étape 1 : à compter du 27 déc. 2020 et pendant 6 à 8 semaines

- Personnes âgées en établissements (notamment : EHPAD, USLD),
- Professionnels exerçant dans les établissements accueillant des personnes âgées, et présentant un risque élevé (plus de 65 ans et/ou présentant une ou des comorbidités).

•    Étape 2 : à partir de février 2021 selon le calendrier effectif des autorisations de mise sur le marché et de livraisons des vaccins de Moderna et Astra Zeneca

- Personnes âgées de plus de 75 ans vivant à domicile,
- Puis personnes âgées de plus de 65 ans et atteintes de pathologies,
- Puis professionnels des secteurs de la santé et du médico-social âgés de 50 ans et plus et/ou présentant une ou des comorbidités.

•    Étape 3 : 3e trimestre 2021 = élargissement aux autres tranches de la population non ciblées antérieurement.

- Personnes âgées de 50 à 64 ans,
- Professionnels des secteurs essentiels au fonctionnement du pays en période épidémique (sécurité, éducation, alimentaire),
- Personnes vulnérables et précaires et des professionnels qui les prennent en charge,
- Personnes vivant dans des hébergements confinés ou des lieux clos,
- Enfin le reste de la population majeure.

Avant de recevoir le vaccin, une consultation médicale est proposée à chaque personne. A cette occasion le médecin s’assure : 

  • de son état de santé
  • de l’absence de contre-indication
  • de son consentement éclairé

Dans les EHPAD et USLD, les familles des patients et des résidents sont associées à cette consultation.

La vaccination des personnes volontaires est effectuée par un médecin ou un infirmier supervisé par un médecin.