La bronchiolite

Actualité

La bronchiolite est une épidémie saisonnière, qui débute généralement mi-octobre et se termine à la fin de l’hiver, avec un pic durant le mois de décembre. L’Agence se mobilise pour y faire face, en rappelant notamment les messages de prévention et les gestes barrières, à appliquer par l'entourage des nourrissons.

La bronchiolite est une infection respiratoire atteignant les bronchioles (petites bronches). Elle est fréquente chez les enfants de moins de 2 ans (30%). 

Elle est due le plus souvent au Virus Respiratoire Syncytial (VRS). Le virus provoque une inflammation des parois des bronchioles (les plus petites bronches) et une augmentation des sécrétions, responsables d’un phénomène d’obstruction.

  • Les adultes et les grands enfants porteurs du virus, n’ont habituellement aucun signe ou qu'un simple rhume. Ainsi, beaucoup de personnes transportent le virus et sont contagieuses sans le savoir.
  • Le virus, présent dans la salive et les sécrétions du nez, est transmis de personne à personne, par la salive, la toux, les éternuements, les postillons etc. ou un contact, comme un baiser.
  • Le virus peut rester sur les mains et les objets (comme sur les jouets, les tétines, les “doudous”).

 

  • La bronchiolite débute par un simple rhume (nez bouché ou qui coule) et l’enfant tousse un peu. Puis, la toux est plus fréquente, la respiration peut devenir sifflante.
  • L’enfant peut être gêné pour respirer et avoir du mal à manger et à dormir. Il peut avoir de la fièvre.
  • Dans la majorité des cas, la bronchiolite guérit spontanément au bout de 5 à 10 jours mais la toux peut persister pendant 2 à 4 semaines.

Si l'enfant est gêné pour respirer ou s’il a des difficultés pour manger ou téter, il faut consulter rapidement son médecin. 

Tout l'entourage du nourrisson, parents, frères et soeurs ou proches, peut contribuer à  diminuer le risque de bronchiolite, en appliquant les gestes barrières suivants:

  • En se lavant les mains pendant 30 secondes, avec de l’eau et du savon avant et après un change et avant tétées, biberons, câlins, etc. ou en utilisant une solution hydro-alcoolique, s’il n’est pas possible de se laver les mains.
  • En ouvrant les fenêtres de la pièce où l'enfant dort, au moins 10 minutes par jour pour aérer.
  • En évitant, quand cela est possible, d’emmener l'enfant dans les endroits publics confinés (transports en commun, centres commerciaux, etc.) où il risquerait d’être en contact avec des personnes enrhumées.
  • En ne partageant pas les biberons, sucettes ou couverts non lavés avec d’autres enfants.
  • En lavant régulièrement jouets et “doudous”.
  • En ne fumant pas à côté des bébés et des enfants.

Et, si l’on est soi-même enrhumé :

  • Se couvrir la bouche, quand on tousse ou éternue, avec le coude ou la manche.
  • Porter un masque quand on s’occupe d’un nourrisson.
  • Éviter d’embrasser le bébé sur le visage et sur les mains.