Hauts-de-France

Expérimentation : synchronisation des temps médicaux et non médicaux

Actualité
Date de publication
Visuel
Réunion de travail collaboratif
L’ARS des Hauts de France, en partenariat avec l’Agence Nationale d'Appui à la Performance (ANAP), s’est engagée dans une expérimentation régionale autour de la synchronisation des temps médicaux et non médicaux auprès du patient hospitalisé et a retenu, après un appel à candidature, 11 établissements de santé pilotes qui seront accompagnés durant 10 mois pour le déploiement de ce projet.
Corps de texte

Le soin hospitalier est un travail d’équipe faisant intervenir auprès du patient plusieurs communautés professionnelles selon des modalités qui leur sont propres. L’organisation des soins en équipe pluri-professionnelle requiert une synchronisation des interventions des acteurs autour du patient. Pour autant, cette coordination n’est pas toujours présente. Pour empêcher les conséquences néfastes en termes de qualité des soins pour les patients, pour garantir la qualité de vie au travail pour les professionnels et une efficience pour les structures, il est nécessaire que les équipes puissent faire le diagnostic des dysfonctionnements et en caractériser les conséquences afin de prévoir un plan d’amélioration qu’elles mettront en œuvre.

Cette expérimentation a pour ambition de permettre aux établissements pilotes d’identifier, d’une part, les situations à risque de désynchronisation des soins puis les leviers correctifs à mettre en œuvre et d’autre part de déterminer les gains attendus d’une meilleure synchronisation des temps médicaux et non médicaux sur la qualité des soins, la qualité de vie au travail et l’efficience économique.  

Parmi les nombreuses thématiques travaillées on retrouve :

  • Au Bloc opératoire : Améliorer le démarrage du programme opératoire, réduire le temps inter-intervention, optimiser les vacations opératoires, diminuer les interruptions de tâches, améliorer la prévision des absences des praticiens et renforcer l’accessibilité matérielle.
  • Dans les services de soins : Anticiper les sorties, améliorer l’interface entre les différents acteurs de prise en charge, formaliser les visites cliniques, améliorer les délais de prescriptions.
  • En consultation : Diminuer le nombre de consultations reportées et annulées, organiser les consultations post-urgences à partir du SAU, anticiper les congés médicaux dans la programmation.

L’agence accompagne les établissements aux côtés de l’ANAP et après cette première phase expérimentale, la généralisation de la méthode dans l’ensemble des établissements de la région pourra être envisagée.

Aller plus loin

Documents à télécharger