Hauts-de-France

Du 23 au 29 avril 2017 : 11e édition de la Semaine européenne de la vaccination

Actualité
Date de publication
Visuel
Image Source
SEV 2017
SEV 2017
La Semaine de la vaccination (SEV) est un temps fort de mobilisation et d’actions pour promouvoir la vaccination et augmenter la couverture vaccinale. Pour faire vivre cet événement un grand nombre d’acteurs et partenaires se mobilisent, chaque année, en France et dans le monde.
Corps de texte

Qu’est-ce que la semaine européenne de la vaccination ?

Sur notre territoire, la Semaine de la vaccination est coordonnée par le ministère chargé de la Santé et Santé publique France, et pilotée en région par les agences régionales de santé (ARS). De nombreux partenaires nationaux et régionaux sont impliqués dans la promotion de cet événement. À cette occasion, des actions très diverses sont organisées : expositions, séances d’information du public, conférences, jeux, animations, séances de vaccination gratuites, portes ouvertes, formations de professionnels, etc.

La Semaine de la vaccination est l’occasion de faire connaître le calendrier des vaccinations et pour chacun de s’informer sur ses vaccinations : quelles sont les maladies contre lesquelles je suis vacciné ? Suis-je à jour de mes vaccins ? Quels sont les vaccins qui nécessitent un rappel ? Ne concernent-ils que les enfants ? La Semaine peut amener tout un chacun à penser à faire vérifier son carnet de santé ou son carnet de vaccination par son médecin, son pharmacien, sa sage-femme... et le mettre à jour si nécessaire, en fonction du calendrier des vaccinations en vigueur.

Pourquoi une semaine de la vaccination ?

  • Parce que malgré les progrès réalisés dans la lutte contre les maladies infectieuses, la couverture vaccinale (c’est-à-dire le pourcentage de la population française vaccinée pour une maladie donnée) reste encore insuffisante pour certains vaccins.
  • Parce que des personnes, et principalement des enfants mais aussi des adultes, meurent encore chaque année de maladies qui auraient pu être évitées s’ils avaient été vaccinés ou leur entourage vacciné.
  • Pour rappeler qu’il est important de se faire vacciner et tenir à jour ses vaccinations.
  • Parce que l’on a tous des questions sur la vaccination : pourquoi se faire vacciner ? Quels vaccins faire et à quel moment ? La vaccination est-elle gratuite ? La vaccination comporte-t-elle des risques ?…

À quoi sert-elle ?

En France, les objectifs de la Semaine de la vaccination sont de rappeler que la vaccination est la meilleure prévention contre certaines maladies infectieuses et de permettre une meilleure compréhension des enjeux de la protection vaccinale.

Elle permet au public de disposer d’éléments d’information simples et pédagogiques actualisés sur la vaccination et d’obtenir des réponses aux questions qu’il se pose face à des maladies infectieuses souvent mal connues, voire oubliées.

Pour cela, il est important d’informer et de communiquer sur la vaccination et ses enjeux.

La Semaine est également l’occasion de faire le point sur les pratiques et les connaissances du public, des patients et des professionnels de santé.  

Les priorités vaccinales régionales

La région des Hauts-de-France présente une couverture vaccinale de la population globalement comparable à la France entière voire supérieure pour certaines pathologies (Papillomavirus, méningocoque C) mais bien en-deçà des objectifs de couverture vaccinale fixés par la loi de santé publique. Dans le même temps, la couverture vaccinale des professionnels de santé reste toujours faible.

La vaccination est l’une des quatre priorités de santé publique de l’ARS Hauts-de-France pour les années 2016 et 2017.

Il s’agit à la fois de faire évoluer les comportements et d’améliorer la santé de la population, en particulier les publics particulièrement concernés par les pathologies évitables grâce à la vaccination : les nourrissons-femmes enceintes, les jeunes (dont étudiants), les personnes à forte prise de risques (hépatite B notamment), les personnes porteuses de maladies chroniques, immunodéprimées…,.                       

Aller plus loin

Liens utiles

Bulletin de veille sanitaire (BVS) sur la couverture vaccinale régionale

La surveillance nationale des maladies à prévention vaccinale est assurée par Santé publique France. Pour réaliser ses missions, l’agence dispose, sous son autorité, de Cellules d’intervention en région (Cire).

Les Cire  ont la mission de décliner au niveau régional voire infrarégional les données de couverture vaccinale afin de permettre le pilotage des politiques de santé régionales. La couverture vaccinale est une mesure de la proportion d’individus vaccinés dans une population donnée. La mesure de la couverture vaccinale est nécessaire pour savoir si un programme de vaccination est correctement appliqué.

La Cire Hauts-de-France publie, à l’occasion de la Semaine européenne de la vaccination 2017, un premier Bulletin de veille sanitaire (BVS) qui présente un bilan de la couverture vaccinale pour les principales maladies à prévention vaccinale ainsi que les résultats de trois études régionales sur : (1) l'impact d'une campagne de sensibilisation à la vaccination contre le méningocoque C dans le milieu étudiant lillois, (2) la couverture vaccinale des professionnels de santé dans les établissements de santé  dans les départements de la Somme, l'Oise et l'Aisne, et (3) la couverture vaccinale des professionnels de santé libéraux dans les départements du Pas-de-Calais et du Nord. 

Les données régionales, montrent une couverture vaccinale :
- élevée chez les enfants de moins de 2 ans, pour les vaccins contre la diphtérie-tétanos-polio, la coqueluche, Haemophilus influenzae b (>95 %) et hépatite B et pneumocoque (>90 %), 
- insuffisante contre la rougeole-oreillons-rubéole, chez les enfants de moins de 2 ans (76 % pour 2 doses) avec une baisse marquée entre la CV à 1 dose (90%) à celle de 2 doses,
- très faible pour les papillomavirus humains (HPV) au niveau national (20 %) et régional (28 %) pour le schéma complet de 2 doses pour les filles ayant 16 ans en 2016,
- en progression pour le vaccin contre le méningocoque C, plus élevé au niveau régional que national, avec le rattrapage à poursuivre pour les adolescentes et les jeunes adultes qui présentent des couvertures vaccinales encore faibles,
- stable mais insuffisante (près de 53%) pour la vaccination antigrippale chez les personnes âgées de 65 ans et plus ainsi que chez les professionnels de santé. 

Bulletin de veille sanitaire sur la couverture vaccinale dans les Hauts-de-France