Covid-19 - Une pression hospitalière au plus haut depuis la première vague

Communiqué de presse
Visuel

La situation hospitalière reste très tendue dans les Hauts-de-France avec 60 à 70 personnes qui entrent en réanimation et soins intensifs Covid chaque jour dans la région, près de 800 patients (environ 2/3 Covid et 1/3 non-Covid) actuellement pris en charge pour un capacitaire à ce jour de 887 lits,  soit un taux d’occupation à près de 90% malgré l’ouverture de places supplémentaires.

Corps de texte

La situation hospitalière reste très tendue dans les Hauts-de-France avec 60 à 70 personnes qui entrent en réanimation et soins intensifs Covid chaque jour dans la région, près de 800 patients (environ 2/3 Covid et 1/3 non-Covid) actuellement pris en charge pour un capacitaire à ce jour de 887 lits,  soit un taux d’occupation à près de 90% malgré l’ouverture de places supplémentaires. Le nombre de patients Covid pris en charge en réanimation et soins intensifs est supérieur à la deuxième vague et à un niveau comparable à la première. A la demande de l’ARS, les établissements de santé publics et privés continuent de se mobiliser pour atteindre 900 lits très rapidement.

chart (3)

La circulation très active du virus se traduit également par une nette augmentation des admissions hospitalisations. 3 281 personnes Covid+ sont actuellement hospitalisées dans la région, dépassant ainsi les deux vagues précédentes.

950 lits de réanimation en perspective dans les prochains jours

Face à cette situation et dans l’attente des premiers effets des nouvelles mesures gouvernementales de freinage prises dans la région, l’Agence a demandé aux établissements de poursuivre l’augmentation des capacités de réanimation et soins intensifs, avec un objectif qui pourrait être porté à 950 lits pour la fin de la semaine. Celle-ci se ferait au prix de nouvelles déprogrammations d’interventions permettant de libérer des capacités d’accueil et/ou des ressources humaines spécialisées. Le niveau actuel de déprogrammation d’interventions non urgentes atteint selon les établissements 40 à 50%.

L’ensemble des établissements publics comme privés sont engagés dans cet effort important, directement à travers la création de lits supplémentaires pour les établissements qui le peuvent encore, mais également par la mise à disposition de personnels, en particulier depuis des cliniques qui ne disposent pas de capacités de soins critiques, pour venir renforcer les équipes d’autres établissements sur leur territoire.

Des transferts de patients indispensables pour maitriser la situation

38 transferts de patients réanimatoires ont par ailleurs été réalisés vers la Belgique, la Normandie, la Bretagne et la Nouvelle-Aquitaine depuis le début du mois de mars. Les SAMU travaillent au quotidien à l’identification de patients transférables, c’est-à-dire dont l’état de santé le permet et pour lesquels la famille a donné son accord, afin de procéder à des évacuations sanitaires supplémentaires. Compte tenu des faibles marges de manœuvre restantes dans la région, ces transferts restent indispensables pour continuer de maitriser la situation et accueillir les patients Covid ou non Covid dont l’état de santé nécessite une prise en charge en soins critiques.

Une nette progression de la couverture vaccinale dans la région

Les professionnels de santé, établissements de santé et médico-sociaux, équipes de l’ARS, préfectures, collectivités, pompiers, secouristes etc. sont pleinement mobilisés pour vacciner en continu et selon les approvisionnements en vaccins. Le rythme des injections s’est fortement accéléré, d’environ 8 000 injections par jour en février à plus de 19 000 injections par jour depuis le début du mois de mars. Des créneaux de vaccination sont désormais disponibles 7j/7 dans les 5 départements, avec une activité très importante les samedis et dimanches, de l’ordre de 25 000 à 30 000 injections par jour, qui fait des Hauts-de-France la région qui vaccine le plus le week-end.

Au 23 mars, 798 359 injections ont été réalisées dans la région. 605 720 habitants ont reçu au moins une dose et 173 764 habitants sont pleinement vaccinés avec deux doses. La couverture vaccinale régionale en population générale (ayant reçu au moins une dose) est au 22 mars de 10,2%, supérieure à la moyenne nationale à 9,5%. Les HDF ont par ailleurs la meilleure couverture vaccinale de l’Hexagone (avec au moins une dose) sur toutes les tranches d’âge de 50 à 79 ans.

La vaccination va continuer de s’accélérer pendant les prochaines semaines avec une augmentation annoncée des allocations de vaccins. A partir de samedi, l’ensemble des personnes âgées de 70 ans sont éligibles à la vaccination. 

S’isoler et se faire tester au moindre doute

Alors que les nouvelles mesures de freinage de l’épidémie sont entrées en vigueur le week-end dernier, la vigilance de chacun est indispensable pour en connaître les premiers bénéfices à partir de début avril. L’ARS Hauts-de-France renouvelle son appel pour que chaque habitant s’isole et se fasse tester au moindre doute ou symptôme, et respecte bien sûr cet isolement strict après un test positif ou avoir été identifié cas-contact.

L’ARS rappelle également les règles de base pour lutter contre l'épidémie de Covid-19.

  • Dedans avec les miens
  • Je respecte scrupuleusement les mesures sanitaires ;
  • Je privilégie au maximum le télétravail, sauf impossibilité ;
  • J’aère mon logement toutes les heures ;
  • Je ne reçois pas de personnes extérieures à mon foyer à l’exception des aides à domicile et service à la personne ;
  • Je reste chez moi après 19h.

 

  • Dehors en citoyen
  • Je porte le masque et je respecte les distances ;
  • Je ne me rends pas chez les autres ;
  • Je peux sortir jusqu’à 19h pour les activités autorisées ;
  • Je peux sortir après 19h pour mon travail ou une urgence muni d’une attestation ;
  • Je me munis d’une attestation justifiant le motif de mon déplacement, au-delà de 10 kilomètres ;
  • Je peux retrouver des amis, mais à 6 maximum et en respectant les mesures barrières ;
  • Je déjeune seul ou avec des personnes de mon foyer ;
  • Je ne me déplace pas en dehors de ma région ou de mon département sauf motif impérieux ou professionnel, justifié par une attestation.