COVID-19 : le service minimum d’accueil des enfants pour les professions prioritaires est opérationnel dans le département du Nord

Actualité
Date de publication
Visuel
Enfants en classe de maternelle
Le jeudi 12 mars 2020, le Président de la République a annoncé la fermeture temporaire des crèches, des écoles et des collèges afin de freiner la propagation du virus COVID-19. Afin de permettre notamment aux soignants de poursuivre leur travail, il a décidé de la mise en place d’un service minimum d’accueil des enfants des personnels prioritaires pour la gestion de la crise sanitaire.
Corps de texte

La liste des personnels concernés est établie par le Gouvernement, et priorise notamment les professionnels de santé et médico-sociaux, en établissement public et privé et en ville.

Entre le vendredi 13 mars et le dimanche 15 mars, la préfecture du Nord a mis en place un service d’accueil en partenariat avec l’Éducation nationale, le Conseil départemental du Nord, la Caisse d’allocations familiales (CAF) du Nord et les communes du département du Nord.

Pour les enfants de 3 à 14 ans, l’accueil est assuré depuis le lundi 16 mars matin par l’Éducation nationale, dans les écoles maternelles et élémentaires, ainsi que dans les collèges habituels des enfants, en limitant le nombre d’enfants par groupe à 10 maximum. Dans le département du Nord, l’organisation de ce service minimum d’accueil a permis d’accueillir en moyenne 900 enfants d’âge scolaire par jour. Au total, 2000 places d’accueil avaient été ouvertes.

Les communes pour les écoles, et le Département pour les collèges, ont mis en place des organisations locales pour la pause méridienne et le mode de garde pour le temps périscolaire.

Certaines villes ont choisi de regrouper les enfants dans un ou deux établissements par commune. Les écoles ouvertes sont indiquées sur le site de l’inspection d’académie www.aclille.fr/dsden59.

Pour les enfants de moins de 3 ans, l’accueil est assuré par des établissements d’accueil du jeune enfant ou des assistantes maternelles, avec l’appui des collectivités territoriales qui ont contribué à faire émerger des solutions localement. Les enfants sont accueillis par groupes de 10 enfants maximum en accueil collectif et par groupes de six enfants maximum pour une assistante maternelle.

Au total, cinq jours après sa mise en place, l’accueil est opérationnel. Les difficultés signalées au cours de la semaine (environ 70 sollicitations pour des enfants d’âge scolaire, une vingtaine pour des enfants de moins de 3 ans) ont été solutionnées ou sont en cours de résolution.

Un système de traitement des demandes spécifiques

Afin que les besoins restent couverts tout au long de cette période difficile, un système de traitement des demandes est mis en place à compter de ce jour. Une attention particulière sera apportée aux besoins de garde spécifiques (horaires atypiques, prise en charge le week-end, fratries). De fait, la majorité des besoins de garde plus classiques ont déjà été couverts par les solutions existantes.

La préfecture assure un recensement des besoins auprès des établissements et des associations de professionnels, via le site www.mon-enfant.fr et via la cellule d’information du public et l’adresse mail associée (pref-covid19@nord.gouv.fr). Avec la CAF et le Conseil départemental du Nord, les offres disponibles sont examinées et une proposition adaptée est faite pour chaque demande.

Par un courrier du 18 mars, le préfet du Nord et l’Éducation nationale ont sollicité la participation des communes à cet effort, afin qu’un accueil puisse être assuré les mercredi et le weekend, et que les soignants puissent assurer leur mission auprès des malades.

Les difficultés liées à l’accueil en école ou collège peuvent être signalées à l’Éducation nationale, à l’adresse suivante : disposanteia59@ac-lille.

Les difficultés de garde pour les enfants de 0 à 3 ans peuvent être signalées à la préfecture à l’adresse pref-covid19@nord.gouv.fr.

En cas de demandes multiples, il est demandé de passer par l’intermédiaire des employeurs (établissements de santé ou médico-sociaux) ou des unions régionales des professionnels de santé pour les professionnels libéraux.