5 cas de variant britannique identifiés lors de l’opération de dépistage « Roubaix sans Covid »

Communiqué de presse
Visuel

Du 11 au 16 janvier 2021, tous les acteurs de la chaîne « Tester, alerter, protéger » se sont mobilisés pour proposer aux habitants de Roubaix un dépistage dans plusieurs quartiers de la ville. L’ensemble des tests RT-PCR positifs ont fait l’objet d’analyses complémentaires visant à déceler les variants dits « britanniques » et « sud-africains ».

Corps de texte

Du 11 au 16 janvier 2021, tous les acteurs de la chaîne « Tester, alerter, protéger » se sont mobilisés pour proposer aux habitants de Roubaix un dépistage dans plusieurs quartiers de la ville. L’ensemble des tests RT-PCR positifs ont fait l’objet d’analyses complémentaires visant à déceler les variants dits « britanniques » et « sud-africains ». Cette analyse a été réalisée en deux étapes :

  • un pré screening avec une deuxième analyse RT-PCR de tous les prélèvements positifs par le laboratoire du CHU de Lille, avec une technique permettant de détecter trois gènes dont le gène S, et qui a permis de suspecter 6 cas évoquant le variant britannique ;
  • puis un  séquençage complet de tous les échantillons positifs, qui a été réalisé au Centre National de la Recherche sur le Génome Humain de la Génopole d’Evry (centre génomique du CEA), et qui a confirmé cette suspicion pour 5 d’entre eux, le 6ème étant un variant du gêne S n’appartenait pas au lignage du variant britannique d’intérêt.

5 cas de variant britanniques ont ainsi été identifiés sur les 106 tests RT-PCR positifs dénombrés lors de cette opération de dépistage. Aucun cas du variant sud-africain n’a été détecté. Pour rappel, 5.304 tests avaient été réalisés sur l’ensemble de la période et 66 personnes avaient été immédiatement dépistées positives grâce aux tests antigéniques.

L’ensemble des personnes testées positives ont pu bénéficier d’un accompagnement personnalisé et adapté à la situation de chacun. Le « contact tracing flash » organisé sur place par l’Assurance maladie et l’ARS, ou le lendemain par téléphone, a permis de mettre en place rapidement l’isolement pour limiter au maximum le risque de transmission, d’informer au plus tôt les personnes cas contact et fournir aux personnes testées positives des conseils personnalisés pour la mise en place des mesures de protection. Si elles en avaient besoin, les personnes testées positives ont pu bénéficier d’un appui pour faciliter leur isolement et de services gratuits comme le portage de repas à domicile pour leur éviter de sortir, ou d’une proposition d’hébergement si leur domicile n’était pas adapté à l’isolement.

Le principe du « contact tracing flash » intégré au dépistage et la recherche systématique de variants, expérimentés pour la première fois à Roubaix, est depuis étendu à toute la France au travers des « médiateurs de lutte anti-covid ». Dans la région, il est déployé ce jour pour une opération de dépistage dans un quartier de Creil (60), mardi 16 à Liesse-Notre-Dame (02) et dans le courant de la semaine prochaine sur le dunkerquois.